Procès de l’attaque du domicile d’Alpha Condé : verdict ce vendredi

Le feuilleton judiciaire sur le dossier de l’attaque du domicile privé du Président guinéen, Alpha Condé, le 19 juillet 2011, qui dure depuis sept mois, tire à sa fin. Les présumés auteurs de cette attaque seront fixés sur leur sort ce vendredi 12 juillet, à la Cour d’Appel de Conakry.

De notre correspondant à Conakry

Ils sont au total près d’une quarantaine d’accusés conduits devant la Cour d’assises de Conakry pour : atteinte à l’autorité de l’Etat, assassinat, tentative de l’assassinat, destruction des biens mobiliers, association de malfaiteurs, abstention délictueuse, détention et vente d’armes de guerre, détention et consommation de chanvres indiens, rébellion, ethnocentrisme, racisme.

A leur tête, figure le commandant Alpha Oumar Boffa Diallo (AOB), ancien garde rapproché du général Lansana Conté, ex-Président de la Guinée et la seule femme parmi les accusés, Mme Fatou Badiar Diallo, tous deux considérés par le Procureur et les avocats de la partie civile, comme les instigateurs de l’attaque qui a visé la personne du Président Alpha Condé, dans la nuit du 18 au 19 juillet 2011.
Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public, Williams Fernandez, a requis des peines sévères contre les accusés. Au commandant Alpha Oumar Boffa Diallo, Jean Guilavogui, Margis-chef Youssouf Diallo et Mme Fatou Badiar, le Procureur avait requis la peine capitale à l’application des articles 269, 270, 86, 91, 487, 282, 286, 3, 295, 51, 53, 54, 70, 136 du code pénal et les articles 9, 11 de la loi L96/008 du 22 juillet 1996.

Il avait par ailleurs requis l’acquittement pour les accusés que sont : colonel Sambarou Diamankan, capitaine Abdoulaye Diallo, capitaine Amadou Sadio Diallo, lieutenant-colonel Mohamed Yéro Diallo, le sous-lieutenant Mamadou Sadjaliou Baldé, le lieutenant-colonel Lanciné Doumbouya, le colonel Aboubacar Algassimou Barry.

Depuis le début du procès, les avocats de la défense, au nombre de quinze, ont estimé que ce dossier est vide et que c’est un pur montage pour arrêter les militaires et civils proches de l’ancien Président de la transition, le général Sékouba Konaté ainsi que des leaders politiques. Ils ont plaidé l’acquittement pour l’ensemble des accusés, « faute de preuves », disent-ils.

Ce vendredi, tous les regards seront tournés vers la Cour d’assises de Conakry, pour connaître la décision finale du juge, Fodé Bangoura.