Prix du cyberdissident

Un an déjà que le cyberdissident tunisien Zouhair Yahyaoui est en prison. Sa seule faute : avoir usé de son droit à la liberté d’expression dans un pays qui ne le tolère pas. Le premier prix Cyberliberté de Reporters s@ns frontières – Globnet lui a été décerné jeudi à Paris, et remis à sa fiancée Sophie Piekarec.

C’est le 35ème jour de grève de la faim pour Zouhair Yahyaoui, condamné à deux ans de prison ferme en Tunisie pour  » propagation de fausses nouvelles  » sur son site internet Tunezine.com. Il n’est pas encore au courant du prix Cyberliberté Reporters s@ns frontières – Globnet qui lui a été décerné jeudi à Paris. Sa fiancée Sophie Piekarec l’a reçu en son nom et a demandé à nouveau aux autorités tunisiennes de faire un geste humain et juste pour le libérer.

Reporters sans Frontières (RSF) rapporte, dans un rapport intitulé  » Internet sous surveillance « , le cas de 51 cyberdissidents écroués à travers le monde. En décernant le prix Cyberliberté, l’association récompense l’un d’entre eux, « qui par son activité professionnelle ou ses prises de position, a su témoigner de son attachement à la liberté de circulation de l’information sur le Réseau « . Yahyaoui est ainsi le premier à recevoir ce prix, doté de 7 600 euros.

Contre l’oubli

 » C’est la médiatisation qui protège sa vie, l’aspect financier n’est qu’un détail « , déclare Sophie Piekarec, interrogée par Afrik. La grève de la faim de Zouhair affecte chaque jour un peu plus sa santé.  » Les dommages sont irrémédiables au bout de 40 jours. A tout moment, un arrêt cardiaque peut arriver », ajoute-t-elle. Malgré la situation d’urgence, les autorités tunisiennes n’ont toujours pas pris la décision de l’hospitaliser. Elles font preuve d’un acharnement croissant sur le prisonnier, et ont été jusqu’à saisir son courrier, pourtant envoyé selon les procédures réglementaires.  » Ils lui ont même pris son journal intime « , révèle encore Sophie.

En désignant Zouhair Yahyaoui premier lauréat de ce prix, Reporters Sans Frontières tire la sonnette d’alarme et se bat contre l’oubli. Jeudi prochain, Sophie annoncera la nouvelle à Zouhair, tout en sachant qu’il ne l’appréciera vraiment qu’une fois libre.

Lire aussi

TUNeZine vivra.