Prison à vie pour un suspect de l’attentat de Lockerbie

Le tribunal écossais a condamné Abdel Baset Ali Mohamed Al-Megrahi à la prison à vie. Tripoli espère que le verdict mettra fin aux sanctions économiques décrétées par l’ONU. Mais d’ores et déjà, les Etats-Unis et les magistrats britanniques ont fait savoir que la page n’était pas tournée.

L’un des deux suspects libyens accusés d’avoir perpétré l’attentat de Lockerbie a été condamné, aujourd’hui 31 janvier, à Camp Zeist (Pays-Bas) à la prison à vie par une cour écossaise. Verdict mitigé puisque seul Abdel Baset Ali Mohamed Al-Megrahi a été condamné, son co-détenu Al Khalifa Fhimah ayant été acquitté, faute de preuve. L’attentat du Boeing de la Pan Am, le 21 décembre 1988, au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie, avait fait 270 morts.

Très vite, les investigations des services britanniques et de la CIA avait mis en cause Tripoli, provoquant des sanctions internationales contre la Libye, en avril 1992 et novembre 1993. Sept ans de bras de fer qui ont conduit les autorités libyennes à livrer, en avril 1999, les suspects exigés par les magistrats écossais.

Paris satisfait

La Libye a réagi au verdict en demandant la levée  » immédiate  » des sanctions internationales, ainsi que des réparations pour les pertes subies en raison de ces mesures.

Si Paris s’est réjoui du verdict, affirmant vouloir poursuivre la  » normalisation  » avec le régime du président Khadafi, le nouveau président George W Bush ne l’entend pas de cette oreille. Il a déclaré que son pays ferait pression sur la Lybie afin qu’elle reconnaisse sa responsabilité directe dans l’attentat et qu’elle accepte d’indemniser les familles des victimes.

Même son de cloche du côté des magistrats écossais qui ont déclaré que le dossier n’était  » pas clos « .  » L’enquête se poursuivra tant que chaque personne impliquée ne sera pas identifiée et traduite en justice « , a déclaré le procureur général Bob Mueller sur les ondes de CNN.