Prise d’otages de Tiguentourine : Al Mourabitoune s’explique et charge la France

Plus de deux ans après la prise d’otages sur le site d’exploitation gazière de Tiguentourine près d’In Amenas, en janvier 2013, le groupe terroriste « Les signataires du sang » (Al Mourabitoune), a livré sa version des faits sur son compte Twitter en s’adressant à l’armée algérienne et à la France.

Le groupe terroriste dirigé par Mokhtar Belmokhtar donne des détails sur l’opération de la prise d’otage de Tigentourine, en janvier 2013, tout en citant directement l’armée algérienne et la France. Le document signé Khaled Abou Al-Abbas, le nom de guerre de Mokhtar Belmokhtar, n’est pas daté, selon le quotidien algérien Al Watan.

Le document explique que l’objectif de l’opération était de combattre à la fois « le nouveau colonialisme qui veut s’installer dans nos pays », et « les traîtres qui ont vendu nos terres, pour que des entreprises pétrolières américaines et européennes viennent exploiter nos richesses ».

Le message s’adresse donc directement à l’armée algérienne les pays occidentaux dont la France. Ceci expliquerait aussi le choix de ce site éloigné des villes peuplées. « Nous avons essayé, les premières heures, de faire sortir les travailleurs algériens ».

Concernant l’opération, le groupe terroriste cite « une préparation importante », pendant des mois, dans le Sahara. A l’aide d’outils simples comme Google Earth, il dit avoir étudié le terrain, la météo, et les routes, mais aussi s’être renseigné sur les différentes nationalités présentes sur le site.

Pour le groupe, qui dit avoir filmé toute l’opération pour qu’elle serve de base « pour ses combattants », cette opération a été un succès parce que « menée rapidement ». Elle a également « mis en péril et fait échouer le système militaire et le renseignement ». « Nous avons donné un exemple à suivre à nos moudjahidine et une leçon aux mécréants. Nous avons même terrorisé la France », selon le même document.

Al Mourabitoune veut aussi transmettre un message à l’armée algérienne : « Vous êtes toujours considérée comme une armée révolutionnaire et pourtant, on a toujours vu le contraire. Est-ce que les moudjahidines (combattants) et les chouhada (martyrs) qui ont libéré l’Algérie l’ont fait pour que quelques années plus tard, vous vendiez l’Algérie aux Français. Vous devez combattre la France, l’appeler « colonisateur » et appeler votre révolution « djihad » car la France ne s’est jamais excusée de ses crimes ».

Ce document a été publié alors que plusieurs services de renseignements ont déclaré Mokhtar Belmokhtar « disparu ». Il aurait même été retrouvé mort empoisonné, en mars dernier, selon le quotidien algérien Al Chorouk.

Le groupe de 32 terroristes de huit nationalités (algérienne, tunisienne, égyptienne, malienne, nigérienne, canadienne et mauritanienne) avait attaqué la base Tiguentourine, faisant 37 morts parmi les travailleurs dont un seul Algérien. Le site gazier de Tiguentourine employait 790 personnes parmi lesquels 134 de 26 nationalités.

L’intervention des forces de l’Armée nationale populaire (ANP) avait éliminé 29 terroristes du groupe qui a mené l’attaque contre ce complexe gazier et capturé trois autres, selon un bilan officiel.