Présidentielle en Tunisie : bras de fer entre Marzouki et Essebsi au second tour

Même si le pays attend toujours les résultats officiels du premier tour, la bataille pour le second tour de la présidentielle est d’ores et déjà engagée entre le président sortant Moncef Marzouki et le vainqueur des législatives Béji Caïd Essebsi.

Qui remportera la présidentielle ? La bataille pour le second tour de la présidentielle s’est déjà engagée en Tunisie entre le président sortant Moncef Marzouki et le vainqueur des législatives Béji Caïd Essebsi, même si le pays attend toujours les résultats officiels du premier tour.
Peu après la fermeture des bureaux de vote dimanche, l’équipe de campagne de Caïd Essebsi, chef du parti anti-islamiste Nidaa Tounès, a d’ores et déjà annoncé que ce dernier était « le premier de la course et avec un écart important ».

Selon son équipe de campagne, « l’ex-Premier ministre, favori de cette première élection présidentielle libre de l’histoire de la Tunisie, a obtenu pas très loin de 50% des suffrages ». Face à ces déclarations, la riposte de Moncef Marzouki ne s’est pas fait attendre. Ces estimations ont été contestées par son équipe de campagne, tout en confirmant la présence des deux rivaux au second tour, faisant état d’un écart beaucoup plus réduit, voire d’une avance du président sortant. « Dans le pire des cas nous sommes à égalité, et dans le meilleur des cas nous avons 2 à 4% d’avance », a déclaré le directeur de campagne de Moncef Marzouki, Adnène Mancer.

De son côté, l’instance chargée d’organiser les élections, l’ISIE, a jusqu’à mercredi pour communiquer les résultats du premier tour. Elle a pour l’instant fourni les chiffres de la participation qui s’est élevée à 64,6% des inscrits (hors circonscriptions à l’étranger). Un taux de participation que son président Chafik Sarsar juge honorable.