Présidentielle en Guinée : 70 observateurs européens à Conakry

Vingt-trois observateurs membres de vingt pays de l’Union européenne, de la Norvège et de la Suisse arriveront samedi à Conakry pour une mission d’observation électorale du scrutin du 27 juin prochain. Quarante autres sont annoncés. L’information a été donnée ce vendredi matin par le chef de la Mission d’observation électorale, au cours d’un point de presse dans la capitale guinéenne.

Notre correspondant en Guinée

Dès l’entame de la conférence de presse donnée ce vendredi à Conakry, le chef de la mission d’observation électorale, Alexander Von Lambsdorff, a précisé qu’il s’agit « d’une mission d’observation indépendante et impartiale. Les observateurs sont tenus au respect d’un code de bonne conduite répondant aux normes internationales en matière d’observation électorale ». Autrement dit, le mandat de la mission d’observation électorale vise à «observer et analyser l’ensemble du processus électoral afin de fournir une évaluation impartiale ». Il s’agit pour les observateurs européens de vérifier et d’analyser la conformité du processus électoral avec les normes et engagements internationaux auxquels la Guinée a librement souscrit.

L’équipe d’Alexander Lambsdorff va également s’intéresser aux cas de plaintes et de contentieux électoraux. Entouré de son adjoint Eric Pallierres et de l’analyste des médias Javier Guetterrez, le chef de la mission s’est refusé de tout commentaire sur l’appréciation des étapes préalables du scrutin (révision des listes électorales, enrôlement…) arguant qu’il est trop tôt de le faire.

La date du 27 juin confirmée

Toutefois, quarante-huit heures après le scrutin, la mission d’observation électorale européenne fera une déclaration préliminaire sur la consultation nationale, selon le conférencier. Et deux mois plus tard, un rapport analytique détaillé qui inclura les recommandations pour les prochaines élections, sera publié.

Au sortir des entretiens avec le premier ministre, le conseil national de la transition, la commission électorale nationale indépendante (CENI), le chef de la mission a écarté l’éventualité d’un report de la date du scrutin, expliquant que tous les acteurs sont déterminés à aller aux urnes le 27 juin. Cependant, selon lui, certains candidats en lice rencontrés reconnaissent quelques problèmes d’ordre technique. A Conakry, des rumeurs faisaient état, il y a quelques jours, d’un éventuel report du scrutin, proposé semble-t-il par le président de la CENI toujours en convalescence à Paris.