Présidentielle en Algérie : renforcer les liens avec les ressortissants algériens de France

La campagne électorale algérienne en France a fini de battre son plein. Après les succès de Marseille, Lyon, Lille, ce n’est pas moins de 3500 personnes qui s’étaient réunies pour accueillir le meeting à Paris. Ce meeting intervenait quelques jours avant le premier jour du vote pour la communauté algérienne à l’étranger.

Député à l’Assemblée nationale populaire algérienne (APN) de la circonscription Nord de la France, ma mission a toujours consisté à maintenir cette proximité qui subsiste entre les Algériens résidant en France avec leur pays d’origine qu’est l’Algérie. Le sens de mon engagement politique repose autour de deux grands volets : le renforcement des liens avec les ressortissants et la participation au développement économique et social du pays.

Faciliter les échanges avec nos ressortissants

Il faut savoir que la communauté établie à l’étranger a quasiment doublé au cours de ces 20 dernières années. Ce phénomène a engendré une forte pression sur les structures consulaires. Afin de répondre à cette forte demande, nous allons mettre en place un programme d’urgence afin d’augmenter rapidement les capacités d’accueil et d’amélioration de service au niveau des grands consulats. Pour ce faire, le programme consistera à réaménager les locaux ou à en acquérir de nouveaux, de renforcer en moyens humains compétents et de simplifier les procédures actuelles.

Réduire les frais de transport

Afin de permettre aux Algériens de France de revenir régulièrement dans leur pays d’origine, nous allons créer une compagnie aérienne low cost. En effet, l’unique moyen de faire jouer la concurrence entre les compagnies aériennes desservant l’Algérie est de mettre en place une compagnie à faibles coûts, afin de proposer aux ressortissants algériens de voyager sous des tarifs abordables.

L’avion n’est pas le seul moyen de transport utilisé par nos ressortissants. En effet, nombreux sont ceux qui utilisent le transport maritime. De ce fait, nous allons augmenter l’offre de transport maritime. Il faut renforcer les capacités de la compagnie ENTMV afin que les prestations soient améliorées et ainsi augmenter l’offre. Nos ressortissants peuvent constater aujourd’hui une baisse des prix très significative, en particulier pour les familles et ce, même durant la période estivale.

Mettre en place un « Pacte de management des compétences »

Un couloir vert au profit de nos ressortissants a été mis en place avec l’aide de la Douane algérienne. Ce dispositif accorde un traitement prioritaire aux familles des Algériens vivant hors de France lors de leur passage au niveau des douanes. Il est primordial de faciliter l’accès à nos concitoyens souhaitant venir se ressourcer dans leur pays natal. Le couloir vert est effectif depuis la dernière saison estivale au niveau des ports algériens.

Avec l’accélération du développement économique de l’Algérie, il s’avère que le pays a un grand besoin de compétence dans certains domaines. Pour cela, il faut mettre en place un « Pacte de management des compétences » afin de favoriser le retour des compétences dans le pays, ce qui permettra par exemple d’offrir un service public ou privé compétent et digne de ce nom.

Mettre en place une caisse de dépôt et d’investissement

Il est vrai que les banques algériennes ne sont que très peu représentées en France. Afin de remédier à ce problème, nous proposons l’ouverture de succursales de banques algériennes. Ces succursales auront pour but de répondre à la demande de la communauté algérienne étrangère et ainsi représenter le système bancaire algérien à l’étranger.

Nous allons également mettre en place une caisse de dépôt et d’investissement qui agira selon les règles du capital investissement. Cette caisse aura plusieurs objectifs : tout d’abord, elle permettra d’accroitre les investissements dans divers projets, tels que l’immobilier et le tourisme en Algérie. Nous pourrons aussi faire appel à des investissements dans des projets à transfert technologique, ce qui impliquerait la participation des nationaux résidents à l’étranger. Par la suite, la caisse de dépôt et d’investissement servira à fructifier une partie des réserves de changes du pays, qui auparavant étaient placée dans la dette souveraine étrangère qui, rappelons le, génère souvent un faible rendement.

Garantir l’accès au logement pour tous nos concitoyens

Nous avons constitué un programme immobilier en faveur des ressortissants algériens vivant en France. En effet, l’accès au logement pour les nationaux non résidents figure parmi les sujets important que j’ai pu porter à l’intention du Premier ministre. Le gouvernement s’est montré très ouvert pour apporter des solutions aux problèmes de la communauté nationale établie à l’étranger. Avec l’aide du gouvernement, nous avons réorganisé les formules de logements publics. Ainsi, le gouvernement se penche dorénavant, avec attention, sur les différentes demandes de nos ressortissants désirant se réinstaller en Algérie ou simplement investir dans une résidence secondaire dans leur pays.

Informer et partager pour créer un lien de proximité

En effet, afin de porter la voix de l’Algérie auprès de nos ressortissants, nous préconisons de mettre en place un nouveau média communautaire qui permettra de maintenir les liens existant entre les nationaux résidant en France. Permettre à la jeunesse algérienne de France de s’insérer plus facilement.

La promesse est de mettre en place, avant fin 2014, une bourse de stages professionnels au sein de nos entreprises et institutions. Nous allons permettre aux jeunes diplômés d’avoir une expérience dans la vie active. Ces stages pourront être des tremplins pour leur futur carrière professionnelle et ainsi décider, s’ils souhaitent ou non, d’exercer une activité durable en Algérie.

A partir de 2015, les jeunes issus de l’immigration accèderont au dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (ANSEJ) dans le cadre de entrepreneuriat autonome. En faisant cela, nous garantissons à nos jeunes concitoyens voulant créer leurs entreprises en Algérie de bénéficier d’une aide financière allant jusqu’à 10 millions de dinars (environ 95 000 euros).

La population algérienne de France est aujourd’hui bien intégrée dans le pays d’accueil, mais qui pourtant, n’a pas coupé les liens avec le pays d’origine. Nous prenons acte de cette réalité afin de promouvoir ce lien indéfectible et cet amour de l’Algérie que nous partageons.

M. Djamel Bouras est député de FLN de l’APN, coordinateur et responsable de la campagne de M. Abdelaziz Bouteflika pour la France et pour l’Europe.