Présidentielle au Mali : Kidal contraint Tiébilé Dramé à jeter l’éponge

A une dizaine de jours du premier tour de l’élection présidentielle qui aura lieu le 28 juillet, Tiébilé Dramé, l’un des 28 candidats déclarés pour ce scrutin tant attendu, a décidé de se retirer de la course au fauteuil présidentiel. Et pour cause : les conditions pour la tenue d’un scrutin régulier ne sont pas réunies, à en croire l’ancien chef de la diplomatie malienne.

Il ne reste plus que 27 candidats en course pour le premier tour de l’élection présidentielle malienne, prévue le dimanche 28 juillet prochain. En effet Tiébilé Dramé vient d’annoncer le retrait de sa candidature pour la magistrature suprême de son pays. Pour le président du Parti pour la renaissance nationale (Parena), les conditions pour la tenue d’un scrutin juste et transparent ne sont pas actuellement réunies.

L’ancien ministre des Affaires étrangères sous la présidence d’Alpha Oumar Konaré fait ainsi allusion à Kidal, le fief des rebelles du Mnla situé à plus de 1500 kms de Bamako. Dans la capitale de l’Adrar des Ifogas, la loi électorale a été violée, soutient Tiébilé Dramé.
La semaine dernière, le patron du Parena avait déposé un recours auprès de la Cour constitutionnelle pour qu’elle reporte le scrutin. Il n’a pas obtenu gain de cause. Sa démarche avait en son temps amené le président de la République à monter au créneau. Dioncounda Traoré avait réaffirmé la semaine dernière à Koulouba, devant tous les prétendants au fauteuil présidentiel, que la date du scrutin sera maintenue.

Tiébilé Dramé n’est pas le seul à s’inquiéter de la bonne tenue de scrutin tant attendu. En effet, le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Mamadou Diamouténé, avait lui aussi émis des réserves quant à la tenue effective de la Présidentielle le 28 juillet prochain. Mais son point de vue n’a pas été pris en compte par le gouvernement de transition, qui maintient le cap et veut sortir le pays de cette situation exceptionnelle qu’il vit depuis mars 2012.