Pourquoi les Algériens sont interdits d’entrée dans Schengen

L’Union Européenne (UE) a décidé de retirer l’Algérie de sa liste actualisée des pays sûrs avec les lesquels les voyages sont autorisés. Pourquoi ?

C’est ce jeudi 30 juillet que le Conseil de l’Union Européenne, dans un communiqué, a annoncé retirer l’Algérie de sa liste actualisée des pays sûrs avec les lesquels les voyages sont autorisés. En clair, l’Union Européenne ferme de nouveau ses frontières avec l’Algérie.

Pourtant, le 1er juillet dernier, l’Algérie figurait dans la liste des 15 pays établie par l’Union Européenne et avec lesquels les voyages étaient autorisés. Que s’est-il passé ? Cette décision qui fait face à une recrudescence des contaminations au Coronavirus depuis fin juin, avec un pic de nouveaux cas, entre 500 et près de 700 nouveaux cas quotidiens.

Il n’y a pas que l’Algérie qui exclue de la liste des pays autorisés à avoir accès à la zone Schengen. Il y a eu en effet la Serbie et le Monténégro qui ont été soustraits de la liste, du fait de la dégradation de la situation sanitaire sur leurs territoires, avec notamment une nouvelle explosion des cas de Covid-19.

Actuellement, seuls douze pays figurent sur la liste établie par le Conseil de l’Union Européenne. Il s’agit de l’Australie, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, la Géorgie, le Japon, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay.

A ce jour, l’Algérie compte 29 831 cas de personnes testées positives au nouveau Coronavirus, pour 20 082 rémissions et 1 200 décès. Durant les dernières 24 heures, un total de 602 nouveaux cas a été enregistré dans ce pays d’Afrique du Nord.