Pourquoi le Nigeria a fermé ses frontières avec le Bénin

Depuis mardi dernier, le Nigeria a fermé ses frontières terrestres laissant les pays voisins comme le Bénin dans une situation peu confortable. Mais quelles peuvent être les raisons d’une telle décision ?

En ordonnant la fermeture de leurs frontières, les autorités nigérianes n’ont peut-être pas bien mesuré les possibles inconvénients de ce geste à l’égard de leurs pays voisins, en particulier pour le Bénin dont 20% des revenus provient du commerce avec son grand voisin. Le Nigeria a déclaré, dans un communiqué, que la motivation première était de lutter contre l’insécurité, la prolifération des armes et la contrebande. Cependant, selon Jeune Afrique, plusieurs autres raisons sont à la base de cette mesure.

En premier lieu, la fermeture des frontières terrestres a été initiée à cause des événements post-électoraux ayant eu lieu le 1er et le 2 mai à Cadjéhoun, au Bénin. A la suite des élections législatives, la situation politique au Bénin s’est empirée avec la mise en résidence surveillée de l’ancien Président Boni Yayi entraînant des émeutes au sein de la population. Selon JA, le Bénin aurait affirmé que des hommes venus du Nigeria ont porté renfort aux Béninois dans ces émeutes. Une allégation plutôt inquiétante.

En second lieu, il est évoqué la surtaxe des camions du richissime homme d’affaire nigérian Aliko Dangote. Apparemment les propos durs tenus et les avertissements de l’homme d’affaire n’étaient pas des paroles en l’air.

Lire l’article Nigeria, Aliko Dangote accuse : « Aucun pays ne peut survivre avec un voisin comme le Bénin »

Toutefois, les autorités n’ont pas changé de raison, c’est-à-dire que le but de cet acte demeure le renforcement de la sécurité frontalière. C’est ce que confirment les propos du porte-parole du service de douane qui précise que « l’exercice n’a pas pour but d’empêcher les personnes d’entrer et de sortir librement des frontières tant qu’elles ont des raisons légitimes d’y être ».

Une chose est certaine, la frontière terrestre du Nigeria pourrait rester fermée pendant 28 jours et le Bénin en ressentira les effets économiques. Et qui sait, les pays concernés pourront faire appel à la CEDEAO pour trouver une solution.