Pourquoi le Maroc a décidé de rappeler son ambassadeur en Tunisie

Mohammed VI, roi du Maroc,
Le roi du Maroc, Mohammed VI

Le Maroc a décidé de rappeler son ambassadeur en Tunisie. Mieux, le royaume chérifien a tout bonnement annulé sa participation au 8ème sommet de la TICAD (Tokyo International Conference on African Development). Pourquoi ?

C’est suite à l’invitation du chef du Front Polisario par les autorités tunisiennes au sommet du TICAD que le Maroc a annoncé, dans la soirée de ce vendredi 26 août 2022, avoir pris une décision on ne peut plus radicale. «Après avoir multiplié récemment les positions et actes négatifs à l’égard du royaume du Maroc et de ses intérêts supérieurs», les autorités marocaines ont estimé que l’attitude de la Tunisie «vient confirmer, de manière flagrante, son hostilité».

Parlant du Front Polisario, le ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger dénonce que cette invitation «contre l’avis du Japon et en violation du processus de préparation et des règles établies». Dès lors, Rabat estime que «l’accueil réservé par le chef de l’Etat tunisien au chef de la milice séparatiste, est un acte grave et inédit, qui heurte profondément les sentiments du peuple marocain et de ses forces vives».

La diplomatie marocaine juge cette invitation «hostile et préjudiciable aux relations fraternelles que les deux pays ont toujours entretenues» et justifie sa décision de rappeler pour consultation. Le Maroc a en outre décidé de ne pas participer au 8ème sommet de la TICAD, prévu en Tunisie les 27 et 28 août prochains. «Cette décision n’affecte en rien les liens forts et intacts entre les peuples marocain et tunisien, qui sont liés par une histoire commune et un destin partagé», a précisé Rabat.

Dans sa communication, le gouvernement marocain poursuit en rassurant que cet incident «ne remet pas en cause non plus l’attachement du royaume du Maroc aux intérêts de l’Afrique et à son action au sein de l’Union Africaine, ni ne remettent en cause l’engagement du royaume au sein de la TICAD».

Lire : Maroc : le Sahara, un «conflit régional artificiel», estime Mohammed VI