Pourquoi la Belgique veut construire une prison au Maroc

La question fait débat, surtout qu’elle a des connotations racistes. Lorsque la Belgique veut construire une prison au Maroc, cela suscite toute une série de questions. Cette proposition est de Bart De Wever, l’un des hommes politiques les plus populaires de la Belgique.

« Je ne suis pas ministre de la Justice, mais ce que j’aurais au moins essayé est de construire une prison au Maroc (…) Actuellement, près de 1 200 Marocains sont détenus dans les prisons belges. Avec eux seuls, vous pouvez remplir une prison entière ». Cette déclaration du maire d’Anvers, Bart De Wever, dans la dernière édition de l’hebdomadaire Humo, fait froid dans le dos. Sauf que cela semble être une réalité que les prisons belges regorgent de ressortissants marocains.

Mais toute vérité est-elle bonne à dire ? En faisant cette déclaration, le chef des nationalistes flamands, par ailleurs maire d’Anvers, a créé la polémique. Construire une prison au Maroc, pour y accueillir le millier de Marocains détenus en Belgique. Selon des informations reçues, les ressortissants marocains représentent environ 10% des quelque 11 000 personnes détenues en Belgique. Selon le ministère de la Justice, leur nombre est cependant en diminution, plus proche des 800 que des 1 200 évoqués par le bourgmestre de la première ville de Flandre. Seule une poignée d’entre eux ont été transférés au Maroc pour purger leur peine, en vertu d’un accord conclu en 2007 entre les deux pays.

Cette idée du maire d’Anvers a été balayée d’un revers de la main par la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom. Pour elle, « c’est une idée qui ne serait réalisable qu’à 10 ans ». En tout cas, la polémique enfle en Belgique et cela pourrait avoir des répercussions au Maroc.