Pourquoi l’interprète de l’hommage à Mandela a été interné en psychiatrie

Le faux interprète en langage des signes durant la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela à Soweto a été admis dans un hôpital psychiatrique. Pourquoi ?

Les déboires de Thamsanqa Jantjie, l’interprète en langage des signes qui s’est révélé être un imposteur à la cérémonie d’hommage à Nelson Mandela, à Soweto, a été officiellement interné dans un hôpital psychiatrique.

« Thamsanqa Jantjie a probablement fait une dépression »

C’est la presse sud-africaine, qui suit de près l’homme qui a interpellé toute l’Afrique du Sud, qui l’a annoncé ce jeudi. D’après le quotidien sud-africain The Star, c’est son épouse en personne qui l’a conduit mercredi dans un hôpital psychiatrique, où il a été admis immédiatement. « Ces derniers jours ont été durs. Nous l’avons soutenu parce qu’il a probablement fait une dépression », a-t-elle confié au journal.

Déjà le 10 décembre dernier, Thamsanqa Jantjie avait eu un rendez-vous pour un bilan dans un hôpital psychiatrique, le même jour de la cérémonie d’hommage au héros de la lutte contre l’apartheid à Soweto. Mais il l’a annulé lorsqu’on lui a proposé de travailler ce jour-là pour l’hommage à Neslon Mandela. Seulement, son interprétation en langage des signes des différents discours des personnalités présentes sur place était incompréhensible. Très en colère, la communauté des sourds sud-africains s’est aperçue qu’il ne maîtrisait absolument pas la langage des signes et qu’il gesticulait de façon incompréhensible.

Thamsanqa Jantjie plaide la schizophrénie

Pour expliquer sa défaillance professionnelle, Thamsanqa Jantjie avait affirmé avoir eu une crise de schizophrénie, racontant avoir « vu des anges tomber sur le stade et avoir entendu des voix ». Entre, Thamsanqa Jantjie a déjà été poursuivi pour des faits de violences, alors même qu’il a passé plusieurs heures aux côtés des grands de ce monde dans la tribune officielle, dont le Président américain Barack Obama. Certains se sont insurgés, indiquant qu’il aurait pu s’en prendre à ces derniers. En effet, d’après ses proches, « l’imposteur » est, avec un groupe d’amis, responsable de la mort de deux hommes, rencontrés alors qu’ils emportaient une télévision volée. Ils auraient péri, brûlés vifs. D’après Associated Press, qui a recueilli le témoignage, Jantjie et ses amis ont posé un pneu autour du cou des victimes avant d’y mettre le feu. Trois suspects n’ont pu échapper à la justice, puisqu’ils ont été incarcérés. Quant à Thamsanqa Jantjie, il a, toujours selon les témoignages recueillis par Associated Press, été gracié, car considéré comme irresponsable de ses actes.

Heureusement que le jour de l’hommage rendu à Nelson Mandela, les démons de la violence ne sont pas revenus au point de pousser l’interprète à vouloir commettre un autre crime sur une personnalité. Pour l’heure, Thamsanqa Jantjie séjourne donc dans un hôpital psychiatrique et ses proches, notamment sa femme espèrent voir sa santé s’améliorer.