Pourparlers agités entre Egypte, Ethiopie et Soudan autour du barrage sur le Nil

Le Président égyptien Abdel Fattah al-Sissi et le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed devraient se rencontrer en marge du sommet russo-africain de deux jours qui se tient actuellement à Sotchi afin d’atténuer les tensions autour du Grand barrage de la Renaissance éthiopien (GERD). L’Ethiopie construit le barrage sur le principal affluent du Nil et l’Egypte craint que le projet ne compromette son approvisionnement en eau.

Les experts de ces deux pays et du Soudan, le troisième pays directement impliqué, s’étaient approchés d’un consensus technique l’année dernière sur la rapidité avec laquelle l’Ethiopie remplirait le réservoir du barrage. Mais au cours des derniers mois, Addis-Abeba et le Caire se sont de plus en plus éloignés.

Il y a encore des raisons de penser qu’un accord peut être conclu. Tout d’abord, cependant, les deux dirigeants doivent réitérer à Sotchi leur intention de coopérer sur le DIRD afin de créer un climat propice à un accord permettant de remplir et d’exploiter ce qui sera la plus grande centrale hydroélectrique du continent.

Lire le dossier en anglais de Crisis Group