Pour une plus grande présence de l’Afrique au sein du système onusien

Le sommet Afrique/Chine, qui a regroupé durant trois jours les dirigeants de quelque 48 pays africains à Pékin, a pris fin dimanche sur une déclaration plaidant en faveur d’une représentation accrue des pays africains dans les agences des Nations unies.

La déclaration invite également l’ONU à renforcer son rôle à travers la mise en oeuvre des réformes et à accorder une plus grande attention aux questions de développement.

La déclaration, lue conjointement par le président chinois Hu Jintao et ses homologues d’Ethiopie et d’Egypte, exprime également la détermination de la Chine à soutenir les pays africains à renforcer leurs économies et à résoudre « de façon indépendante » les problèmes qui les affligent.

Elle exprime aussi la détermination de la Chine à soutenir les organisations sous-régionales et régionales dans leurs efforts de promotion de l’intégration économique à travers la mise en oeuvre effective du NEPAD (Nouveau partenariat pour le développement).

La déclaration se prononce en faveur de relations et d’une coopération amicales entre les pays et appelle au renforcement de la coopération Sud-Sud et du dialogue Nord-Sud en vue de promouvoir un développement durable, coordonné et équilibré de l’économie mondiale.

Elle invite par ailleurs la communauté internationale à encourager et soutenir les efforts de l’Afrique en faveur de la paix et du développement à travers une Aide publique au développement et un accès au marché accrus et l’allègement de la dette.

Dans le document, les dirigeants africains vantent le développement économique rapide de la Chine et « réaffirment leur adhésion au principe d’une seule Chine » et leur soutien à la réunification pacifique de ce pays.

« Aujourd’hui, la Chine et l’Afrique ont des objectifs de développement commun et des intérêts convergents qui offrent une large perspective en termes de coopération », ajoute le document.