Pour un Tchad fort, prospère et solidaire

Le Tchad avance dans la bonne direction ces dernières années. Et en tant que citoyen engagé, entrepreneur, père de famille, je n’aspire qu’à une seule chose, voir mon pays poursuivre sur cette dynamique à l’heure même où nos voisins et amis nigérians, camerounais, nigériens, soudanais et surtout libyens connaissent des situations compliquées, voire dramatiques.

La stabilité sécuritaire du Tchad semble pour beaucoup évidente, voire acquise. Mais c’est oublier d’où nous partons et à quel prix nous avons acquis cette paix.
Il va s’en dire qu’une nation stable n’est pas une finalité en soi. Et c’est là tout l’enjeu de l’élection du mois d’avril. La configuration territoriale, ethnique et sociale de notre pays doit nous amener à mieux avancer ensemble. En effet, vastes et désertiques à certains endroits, les régions du Tchad doivent être mieux armées économiquement et politiquement pour faire face aux défis de la mondialisation.

L’unité nationale n’en sera que renforcée. Des régions fortes, interdépendantes et fières de leur participation au projet nationale sont la clé pour faire entrer le Tchad de pleins pieds dans l’ère de la mondialisation et ainsi contrer l’insécurité économique et militaire qui caractérise cette nouvelle époque.

Le modèle centralisé d’un autre temps a fait long feu, il est temps de passer à un système de type fédéral. Et c’est bien le Président-candidat Idriss Déby Itno qui a récemment proposé cette transformation majeure. Une République fédérale, c’est-à-dire une décentralisation fédéraliste constituée par différents états disposant d’une vraie autonomie, c’est la promesse d’avoir une décentralisation et une déconcentration des pouvoirs pour rendre les régions plus fortes en vue de contribuer ensemble à l’essor national. Tous les niveaux de pouvoir doivent et seront revus : région, département, commune.

La promesse d’une République Fédérale, bénéfique à tous, se heurte actuellement à des conflits politiciens. En effet, si le fait de voir mes compatriotes s’engager citoyennement me ravit, car c’est la liberté fondamentale de tous les tchadiens, une certaine forme d’instrumentalisation de cet engagement à des fins politiques me chagrine et me désole. Des plateformes sont en train de champignonner partout dans le pays – et surtout à l’extérieur – et cela devrait être de bon augure pour envisager un Tchad pluriel et démocratique. Or, certaines de ces récentes démarches sont essentiellement l’apanage de quelques politiciens soucieux de déstabiliser les institutions de la république. Une démarche unilatérale et animée par un intérêt individuel en somme bien plus que par la volonté de voir la nation tchadienne se renforcer et avancer collectivement, à l’heure même où nous avons plus que jamais besoin d’un Tchad fort, prospère et solidaire.

Par ailleurs, et c’est un signe de la fausse sincérité de certaines de ces plateformes, combien ont réellement lu et analysé les projets politiques des futurs candidats ? Et du candidat – Président Idriss Déby Itno ? Pour les promesses faites par ce dernier lors de son investiture par son parti, combien de ces plateformes se sont posées la question de savoir comment elles pouvaient améliorer, sinon contribuer à la construction nationale à présent décentralisée ? Combien ont préféré rejeter la promesse d’une République Fédérale avant même d’en connaître les tenants et les aboutissants ? Nous voyons ici clairement ce qui relève de postures politiciennes. Heureusement que la majorité de ces initiatives citoyennes sont éprises de bonne volonté et d’une démarche sincère. Et les Tchadiens qui vivent au quotidien sur le territoire national – pour beaucoup proches de nos voisins – comprennent l’importance de cette démarche historique et ignorent ces initiatives dites citoyennes si éloignées de leur préoccupation du quotidien. Mais il va s’en dire que le Tchad avance sans elles.

Malgré elles même aurais-je envie de dire. C’est pour cette raison que l’on a vu récemment la nomination ô combien politique d’un nouveau Premier ministre qui a pour mission de transcender les clivages politiques existants, et, permettez-moi de le dire, désuets et contreproductifs au vu de l’effort que tous les tchadiens doivent fournir pour aller vers l’émergence.

Dans l’esprit d’une partie de l’opposition, leur slogan pourrait se résumer à « changez l’Homme et le pays ira mieux ». Quel projet d’alternance ! Fort heureusement, l’immense majorité des tchadiens attend avant tout la publication des programmes de tous les partis avant de se prononcer et de se lancer dans la bataille démocratique, libre et apaisée.

J’attends toujours qu’elle s’exprime par rapport au programme du candidat Président. Pour ma part, en tant que Tchadien fier et amoureux de son pays, je soutiens la démarche politique et historique du Président – candidat car c’est l’option la plus sûre pour s’assurer que nos enfants grandissent dans un Tchad fort, solidaire et prospère.

Djamal-Adine Abdel-aziz Haggar