Pour que la démocratie devienne une réalité au Maghreb

A l’issu de la réunion extraordinaire de la délégation du Parlement européen pour les relations avec les pays du Maghreb à Bruxelles, la députée européenne, membre de la Délégation Maghreb et de la Commission des affaires étrangères, lance un appel.

« Pour que la démocratie devienne une réalité au Maghreb, il faut que ses principaux partenaires, en particulier l’UE, arrêtent de fermer les yeux sur la situation dramatique que vivent les peuples de la rive Sud de la Méditerranée. La Tunisie est endeuillée : son peuple souffre. Un pouvoir autoritaire, celui de Ben Ali et de son clan, mène une guerre féroce contre sa jeunesse : 35 MORTS déjà ! STOP au MASSACRE.

BEN ALI ton peuple te rejette, saches partir avant que d’autres morts ne pèsent sur ta conscience. Cela fait des années que des avocats, des intellectuels et des militants des Droits de l’Homme nous alertent et nous appellent au secours mais l’UE reste dédaigneuse. CELA N’EST PLUS POSSIBLE !

Les peuples du Maghreb ne serait-ils bons qu’à être matés ? La démocratie chère à la rive Nord ne serait donc pas accessible aux peuples de la rive Sud? Où sont les « amis de la Tunisie » (dont nombre de ministres français?), amis de qui? D’une caste qui a capté les richesses à son seul profit ? D’un pouvoir autoritaire, anti-démocratique et policier ? Il est l’heure non de la pseudo-amitié mais de la FRATERNITE. La fraternité avec les Tunisiens, tous et surtout les jeunes et les démunis.

L’UE a un accord d’association avec la Tunisie et un budget de financement dans le cadre de la Politique Européenne de Voisinage : ces financements et l’avancement de l’accord doivent être gelés tant que la démocratie et les Droits Humains continuent à être bafoués. L’UE doit condamner fermement un pouvoir qui massacre sa population et étouffe l’opposition et les militants de la liberté. Les éternels arguments brandis par le pouvoir actuel pour se maintenir en soumettant son peuple et qui amènent les Européens à fermer les yeux voire à applaudir ne convainquent plus.

La liberté des femmes ? Les femmes ne sont-elles pas des humains comme les autres ? Quand les droits humains sont bafoués ceux des femmes le sont aussi forcément. Les textes ne suffisent pas à décrire une réalité : une société encadrée et policière.

Le risque de l’intégrisme musulman ? Plus un peuple souffre plus il ira se réfugier dans les extrêmes aux réponses toutes faites. L’Islam est une réalité des sociétés du Maghreb, il s’agit de ne pas le nier tout en se réappropriant l’Islam ancestral du Maghreb qui est un humanisme, et qui est en voie de sécularisation.

Les slogans ne suffisent plus, les Tunisiens ont soif de liberté et d’une vie décente et veulent contribuer à la construction d’une société avec un gouvernement légitime qui travaille pour le bien commun, pour une vie bonne pour tous et pour chacun. BEN ALI il est l’heure de partir, de laisser la place aux démocrates.

Il est l’heure pour tous les démocrates du Maghreb : Tunisiens, Algériens, Marocains, de travailler ensemble à l’avènement d’un Maghreb uni, pluriel, démocratique et écologique. L’intégration régionale est un projet mobilisateur pour les jeunes, comptez sur moi pour vous y aider. Et cela j’espère avec mes collègues de l’UE dans le cadre d’une coopération fraternelle, et non à visée uniquement commerciale. »