Pour Martin Fayulu les résultats des élections en RDC ne sont pas négociables

Alors que la Céni a annoncé hier soir qu’elle rentrait en séance plénière à l’issue de laquelle des résultats provisoires pourraient être annoncés, Martin Fayulu a averti les responsables des élections en République démocratique du Congo de ne pas dissimuler la vérité alors que la tension continue de monter dans ce grand pays d’Afrique Centrale.

Le résultat des élections qui désigneront le successeur de Joseph Kabila, qui se retire après 18 ans de présidence, a été reporté plusieurs fois par la Ceni sans que les explications données soient vraiment convaincantes. L’examen par les 13 membres de la plénière pourrait durer entre un et deux jours, rapporte RFI qui se fonde sur une source à la Céni et les résultats, peut être partiels devraient donc être publiés d’ici la fin de semaine.

M. Fayulu avait déclaré le 30 décembre que « le peuple congolais sait déjà » qui est en tête de cette élection qui se déroule sur un seul tour .

Lire l’article : Martin Fayulu nouveau président de la RDC

Mardi, Martin Fayulu a déclaré que la Commission électorale nationale de la RDC (Ceni) devait « publier les résultats provisoires de l’élection dans un avenir proche », ajoutant  « Les résultats électoraux ne se négocient point et en aucun cas, ni le peuple congolais ni nous mêmes n’accepterons de tels résultats« . Le président de la commission électorale, Corneille Nangaa, avait déclaré précédemment que les résultats des bureaux de vote devaient encore être comptés.

Dans le même temps, l’Église catholique très influente en RDC, qui a déployé 40 000 observateurs lors du vote, a déclaré savoir qui avait remporté les élections en invitant l’Etat à faire preuve de sagesse. Une déclaration condamnée par des responsables du gouvernement de M. Kabila mais qui a été suivie par des déclarations similaires de plusieurs personnalités politiques occidentales qui ont mis en garde le Gouvernement congolais.

Après le vote du mois dernier, les services Internet et de messagerie texte ont été fermés dans tout le pays, décision jugée nécessaire par le gouvernement pour se prémunir contre la propagation de résultats non officiels.

Lire aussi : RDC : Internet coupé, soupçon de fraudes et résultats des élections le 6 janvier

La semaine dernière, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé l’envoi de 80 soldats au Gabon, pays voisin, en raison de la « possibilité de violentes manifestations » après le vote de la République démocratique du Congo. Ils seraient déployés si nécessaire pour protéger les citoyens américains et les installations diplomatiques dans la capitale de la RDC, Kinshasa, a-t-il déclaré.