Pour les curieux de Madagascar

 » Les curiosités de Madagascar  » est un site sympathique au contenu original et illustré de nombreuses photos. Pour voir la Grande Ile à travers ses ethnies méconnues ou ses poètes disparus, cliquez !

Pour voir la Grande Ile autrement… avec des yeux pleins de curiosité. Car c’est bien de  » curiosités  » dont il s’agit sur ce site (cmadagascar.com ne fonctionne plus) complet et coloré qui permet de découvrir les faces cachées de Madagascar. On y rencontre Jean-Joseph Rabearivelo (1901-1937), poète précoce (il publie ses premiers poèmes en malgache à 14 ans) et fasciné par la mort, qui se suicidera à 36 ans. Peu reconnu dans son pays, à l’exception du soutien d’une minorité de lettrés, il est pourtant très apprécié à l’étranger. Paris, Tunis ou Madrid saluent son talent et il sera le premier Malgache à inscrire son nom dans l’Encyclopédie universelle de la poésie.

Le site permet aussi d’aller à la découverte de l’ethnie semi-nomade de l’ouest de Madagascar, les Vezo. Le terme Vezo vient de la profession de rameur, car Vezo veut dire  » ramer  » et cette ethnie se caractérise par son existence marine et son culte de la mer, considérée comme  » un lieu saint « . A l’opposé, le site offre un carnet de route en pays Mikea. Cette ethnie a, elle, élu domicile dans le sud de l’île, sec et hostile.

Offrir la  » croupe de mouton « 

D’autres  » curiosités  » sont à voir. L’orchidée, reine de la flore malgache, le zébu, boeuf à bosse, symbole de puissance, de prospérité et de richesses, le Népenthes, plante carnivore  » belle et dangereuse « . Avec aussi un détour par la musique, importante composante de la culture malgache, représentée par la sodina (flûte) ou la valiha, le plus célèbre des instruments traditionnels. Quant à l’angaroha, c’est une trompe royale en coque marine fabriquée à partir d’un grand coquillage et qui produit un son très aigü.

Vous apprendrez aussi que les baleines à bosse élisent domicile entre juin et octobre dans les eaux tièdes de Sainte-Marie et que le Vodiondy (littéralement  » croupe de mouton « ) est une dot symbolique offerte en guise de reconnaisance aux parents de la jeune femme. Pour une visite sympathique au milieu des couleurs de l’Ile Rouge, il n’y a qu’un clic.