Pour l’abolition effective du racisme et de l’esclavage en Mauritanie

Le 24 avril 1989 l’Etat mauritanien, dirigé à l’époque par le colonel Maouya Ould sid’Ahmed Ould Taya, procédera à la déportation de près de 20 000 Noirs mauritaniens non arabes.

En très peu de jours toutes les villes du pays, particulièrement celles du Sud se retrouveront en état de siège, et leurs populations martyrisées par une soldatesque raciste mobilisée par un pouvoir ethno fasciste.

Aux humiliations, tortures, expropriations et exécutions sommaires et autres cruautés, ce seront des villages, des familles entières, qui seront jetés hors de leur pays, la Mauritanie.

Aussi, aucune frange des populations noires ne fut épargnée: des fonctionnaires de l’Etat aux éleveurs et agriculteurs, des grands-parents aux petits enfants, des familles seront séparées.

Si, à partir de 2008, suite aux accords tripartites HCR, Gouvernements du Sénégal et de la Mauritanie, près de 20.000 des déportés ont été rapatriés, près de 5000 inscrits pour leur retour dans leur pays d’origine se sont vu signifier la fin du programme de rapatriement par le gouvernement de Mohamed Ould Abdel Aziz.

Le fils spirituel du Nazi Ould Taya, qui refuse de reconnaitre aux déportés noirs mauritaniens au Mali la qualité de déportés, a décidé de manière unilatérale de mettre fin à cet engagement international contracté par la Mauritanie sous Sidi Ould Cheikh Aballahi.

A la reconnaissance par Sidi Ould Cheikh Abdallahi suivie de la prière symbolique aux morts de Mohamed Ould Abdel Aziz, force est de constater que les 20.000 rapatriés se retrouvent aujourd’hui déportés chez eux et dans le dénuement le plus abject. Parqués aux abords immédiats de leurs anciennes maisons et terres, humiliés par l’impossiblité de leur rétablissement administratifs(refus systématique des autorités administratives de leur rétablir leurs documents d’état civil), quelques-uns d’entre eux ont, d’ailleurs, repris le chemin de l’exil. Le rapatriement est vécu dans l’amertume et l’impossible »vivre ensemble » par les populations noires.

Les noirs de Mauritanie sont convaincus que l’essentiel reste à faire, à savoir:

1) Le retour de tous les déportés sous la garantie et la supervision de l’Union Africaine, de l’Union Européenne, des Nations-Unies et du Haut Commissariat aux Refugiés(HCR) en collaboration avec les pays d’accueil: le Sénégal et le Mali;

2) Le rétablissement dans leurs droits absolus de l’ensemble des déportés qui passe obligatoirement par leurs réistallations respectives dans leurs villages d’origine, la restitution de leurs terres de culture et de leurs papiers d’état civil, la réintégration des fonctionnaires dans la fonction publique, en règle générale la réinsertion dans le tissu économique de toutes les victimes de cette tragédie;

3) La mise en place d’une commission internationale d’enquête pour identifier et juger les coupables avec à leur tête Maouya Ould Sid’Ahmed Taya.

Nous exigeons une solution définitive de cette tragédie pour instaurer une paix pérenne dans une Mauritanie juste et égalitaire pour tous.

Le principe moral du système maure(féodalité et Etat) repose sur l’infériorité du Noir. La communauté noire de Mauritanie a deux composantes: les Haratines et les Négro-mauritaniens.

La première est victime de l’esclavage, la seconde du racisme. Là où règne l’esclavage, le racisme n’est pas nécessaire parce que l’esclavage recèle en lui-même une dimension raciale(l’infériorité du groupe qui subit l’esclavage)
Cependant, là où l’esclavage ne peut être pratiqué, le racisme devient un recours inévitable pour exclure et exploiter le groupe visé

Nous exigeons l’abolition effective du racisme et de l’esclavage.
Seule l’unité nous permettra de mettre fin à l’esclavage et le racisme en Mauritanie.

Fait à Paris le 24 avril 2011