Poupée vaudou : Nicolas Sarkozy a bien raison de s’inquiéter…

Nicolas Sarkozy aurait-il peur de sa poupée vaudou et la justice française serait-elle insensible à une anxiété quelque peu justifiée ? Le chef de l’Etat français a demandé le retrait de la vente d’un livre-objet comprenant des aiguilles destinées à le titiller au sens figuré comme au sens propre. Débouté le 29 octobre dernier, le président a fait appel et sera fixé sur son sort ce jeudi après-midi.

La petite histoire de la poupée vaudou de Nicolas Sarkozy devrait connaître son épilogue ce jeudi après-midi. Le président français avait été débouté le 29 octobre dernier par la justice. Il souhaitait le retrait de la vente de la poupée à son effigie livrée avec des épingles et accompagnée d’un livret publié par les éditions K&B. C’est la première fois qu’un président français en exercice n’obtient pas gain de cause devant la justice. Le tribunal a estimé que « cette représentation non autorisée de l’image de M. Sarkozy ne constitue ni une atteinte à la dignité humaine, ni une attaque personnelle, et s’inscrit donc dans les limites autorisées de la liberté d’expression et du droit à l’humour ». Une décision qui n’arrange pas vraiment le président quand on considère toute la symbolique qui entoure la poupée vaudou. C’est d’ailleurs sur cet objet précisément que porte la requête de Nicolas Sarkozy. « La poupée est donnée en cadeau, je n’ai pas demandé le retrait de l’ouvrage qui accompagne la poupée », a tenu à préciser l’avocat du président, Me Thierry Herzog.

Superstitieux ou simplement attaché à son image ?

La poupée sert dans le rituel vaudou, pratique animiste originaire du Bénin et exportée dans le monde grâce à la traite négrière, à envoûter ou à protéger un individu. L’objet, souvent en cire, porte des signes qui renvoient à la personne concernée, comme des mèches de cheveu. Dans l’imaginaire commun, la poupée vaudou jouit d’une connotation négative. Ainsi, depuis quelques années, ces figurines sont vendues dans le commerce comme des anti-stress. Une tendance qui confirme que la poupée vaudou s’apparente, pour beaucoup, à un exutoire. Une vague sur laquelle surfent aussi les éditions K&B. « Votre voix s’est perdue dans les urnes ? Essayez la magie noire… » ou encore « Le lecteur pourra conjurer le mauvais œil en utilisant la poupée vaudou et les aiguilles qui sont offertes avec cet ouvrage », peut-on lire sur les sites qui commercialisent l’objet du délit.

Imaginer 20 000 personnes qui piquent son effigie pour n’importe quel individu, dans un tel contexte, relèverait par conséquent du cauchemar. Si la pensée positive est supposée avoir des vertus, pourquoi la pensée négative n’aurait-elle pas de conséquences ? En bourse, on parle d’anticipations auto-réalisatrices. Les prévisions faites par les agents conduisent ces derniers à adopter des comportements qui valident a posteriori leurs prédictions à la baisse ou à la hausse. Une bonne illustration si l’on considère que la panique se répand d’une place à une autre comme une traînée de poudre en ces temps de crise financière.

La justice scellera-t-elle son sort ?

Nicolas Sarkozy, le manuel vaudou est « un livre-objet humoristique et interactif, présenté dans un coffret attractif ». Le kit, vendu depuis le 9 octobre, comprend un manuel de 56 pages, une poupée et un lot de douze aiguilles. Ces dernières peuvent être épinglés sur le corps du président à des endroits où l’on peut retrouver des répliques inoubliables comme « Casse-toi, pauv’con », « Racaille », « Travailler plus pour gagner plus », « Immigration choisie », « La France, tu l’aimes ou tu la quittes », ou encore « Paquet fiscal », « Tests ADN », « Kadhafi », « Yacht », « Fouquet’s » et « Bigard ». Le coffret est disponible en 20 000 exemplaires. Ségolène Royal a également une poupée à son effigie éditée, elle, à 12 000 exemplaires. Celle qui brigue le poste de Premier secrétaire du Parti socialiste a choisi, au nom de l’humour, de ne pas entamer d’action judiciaire. Les éditions K&B pourraient, en cas de succès, étendre le concept à d’autres hommes politiques.

En attendant, charité oblige, un peu de pensée positive ne devrait pas nuire à Nicolas Sarkozy. Que le président se rassure. Si la justice ne lui donne pas le coup de pouce salvateur qu’il espère, il peut compter sur les formules magiques qui annulent les sorts ou en préservent. Brice Hortefeux, le ministre de l’Immigration, qui se rend souvent au Bénin, pourrait l’aider à les obtenir. Il pourrait également prendre conseil auprès de la chanteuse béninoise Angélique Kidjo, qui revendique sa pratique du vaudou, pour savoir si ses inquiétudes présumées sont fondées ou non. Au pire, il suffirait de produire 20 000 poupées vaudou au travers desquelles ses fans pourront lui adresser des messages de sympathie. Ne dit-on pas que la nature est équilibre ?

Lire aussi :

 6478

 6942

 12814

 14837