Poupée russe cherche riche Britannique

Un jeune étudiant camerounais étudiant à Saint-Pétersbourg a récemment arnaqué en ligne une douzaine de célibataires britanniques en se faisant passer pour une jolie Russe en mal d’amour et désargentée. Décryptage.

Le Net apparaît pour beaucoup comme la concrétisation du  » village planétaire « , en permettant en un seul clic aux surfers du monde entier d’être reliés. Récemment, ce fut surtout le moyen pour un jeune étudiant en médecine originaire de Mankon au Cameroun, et étudiant en Russie, de duper de crédules célibataires britanniques.

L’amour est aveugle

Le  » robuste étudiant Camerounais « , comme il est décrit par les services de police moscovites, s’est tout simplement fait passé pour une petite poupée russe en mal d’amour. Mais une poupée russe en manque de liquidités. Sans argent, pas de voyage, et sans voyage, pas d’histoire d’amour avec le riche célibataire britannique.  » Ce genre de délit est de moins en moins rare et les Anglais semblent être parmi les plus crédules « , explique une source policière.

Valéry, c’est son prénom, a patiemment correspondu avec ses proies durant des mois avant de leur demander de l’argent pour faire le voyage jusqu’en Angleterre. Parfois en stimulant la fibre anti-communiste de ses interlocuteurs :  » La Russie est un pays si étrange, nous avons encore besoin de visas pour quitter le pays. Je pensais que ces pratiques dataient de l’ère communiste « . Sans doute non équipé d’une web-cam, l’étudiant en médecine a poussé le vice jusqu’à conseiller un jeune père de famille dans l’éducation de ses enfants.

Ascension sociale

L’argent était directement transféré sur le compte du jeune escroc à Saint-Pétersbourg. Enrichi de l’apport d’une douzaine de prétendants, Valery n’a pas perdu de temps pour s’acheter une voiture de luxe et emménager dans un appartement plus coquet. Les victimes de ce genre de canular évitent généralement de faire des vagues mais les sommes extorquées avoisinant les 1 000 livres anglaises, un internaute piégé a décidé d’avertir les autorités russes.  » Il avait pourtant l’opportunité de faire une belle carrière médicale en tant que pédiatre « , explique Tatyana Dikikh, directrice de l’école de médecine.  » Le gouvernement russe s’occupera désormais de lui en prison « . L’étudiant en médecine risque en effet six mois de prison ferme.