Polémique de l’IAAF : Diack-fils se défend et zappe la Cartier de chez Mohammed VI

Papa Massata Diack, fils de Lamine Diack

Accusé d’être un des principaux artisans du scandale de l’IAAF, en lien avec l’athlétisme mondial, secoué par une affaire dopage, le fils de Lamine Diack, Papa Massata Diack, dénonce un complot orchestré par les Anglais qui voulaient succéder à son père à la tête de l’institution. Diack fils n’a cependant pas évoqué l’affaire de la Cartier qu’il aurait acquise et qui se serait retrouvée au bras d’une nièce de Mohammed VI du Maroc.

« Personne ne peut protéger qui que ce soit en matière de dopage. L’AMA a toutes les données des athlètes. Les enquêteurs sont venus deux fois à Monaco, en janvier 2015 et en juin de la même année. Ils n’ont jamais jugé utile de rencontrer Lamine Diack pour l’auditionner ou bien lui dire qu’il y a des accusations très sérieuses contre vous et votre fils. Ils auraient dû faire la même chose avec Habib Cissé (Ndlr : conseiller juridique de Lamine Diack à l’IAAF), avec Gabriel Dollé (Ndlr : Administrateur de la commission antidopage) et Valentin Balakhnichev (Ndlr : Ancien trésorier de l’IAAF et ancien Président de la Fédération russe d’athlétisme) ».

A la question de savoir que certains officiels de l’IAAF ont soutenu qu’ils n’étaient pas au courant de ce supposé scandale de corruption révélé par la presse Britannique, Diack-fils dégage en touche et précise : « en septembre et octobre 2014, ils (Ndlr : les enquêteurs Olivier Niggli et Ross Wenzel) ont rencontré Balakhnichev à l’aéroport de Paris Charles De gaule. J’entends dire Monsieur Craig Reedie (Ndlr : Président de l’AMA) dire en plein parlement britannique qu’il a appris cette affaire à la télévision le 3 décembre 2014, c’est un gros mensonge », dénonce Papa Massata Diack.

Selon le patron de Pamodzi, « c’était en pleine audition au parlement britannique à la commission sport. Sebastian Coe a fait la même chose alors qu’il a été dans le comité exécutif qui s’était réuni le 4 décembre 2014 à Monaco quand cette affaire est ressortie dans la presse entre le 4 et le 7 décembre 2014. Plusieurs réunions ont été tenues par le CE à Monaco, et Coe a bien participé à toutes ces rencontres. Ceux sont des menteurs et des comploteurs qui veulent notre peau », accuse celui que l’on surnomme PMD, ses initiales.

« L’AMA est au courant du dopage depuis 2010. Ils savaient très bien que la Russie avait des problèmes comme les USA et la Jamaïque les ont eus. Beaucoup de pays ont eu ce même problème. Ils ont créé une agence nationale antidopage et ils ont résolu ce problème pour être aux normes internationales. La Russie avait certes des cas spécifiques mais l’AMA était au courant. Pour moi je pense que Craig Reedie qui a déclenché cette procédure pénale contre l’IAAF, voulait avoir un moyen de pression sur Lamine Diack pour qu’il soutienne Sebastian Coe. Dès février 2015, Craig Reedie était en campagne ouverte avec Sebastian Coe en Jamaïque qui avait pourtant des cas de dopage (Rires) », révèle Diack-fils.

« Et ils ont sécurisé Usaint Bolt pour la campagne électorale de Coe. C’est Craig Reedie lui-même président de l’AMA qui a financé l’enquête. Il dit avoir dépensé 1 million 500 mille dollars pour mener toute l’enquête. Craig est Président de l’AMA et vice-président du CIO. Pourtant son nom n’apparait nulle part dans le dossier pénal qui a été déposé en France. A la base de toutes ces accusations sur le dopage des athlètes de la Russie, c’est la presse anglaise notamment THE DAILY MAIL qui a révélé l’affaire et ils en ont fait un cheval de bataille pour battre campagne et faire succéder Lamine Diack par Sébastian Coe », a-t-il poursuivi.

« Et faire la pression sur Lamine Diack. Tout ça, est manigancé par Richard Pound qui est un ennemi de Lamine Diack. Lamine Diack l’a empêché d’être Président du CIO en 2001, il lui a barré la route pour être membre de la commission Exécutive en 2013 à Buenos air. Lamine Diack lui avait dit clairement qu’il ne le soutenait pas. Et il lui en veut pour toujours. Lamine Diack a peut-être manqué de vigilance ou été naïf dans ce dossier. La justice française a été flouée et trompée par Richard Pound et Craig Reedie qui ont beaucoup manipulé la justice dans ce dossier », déplore Papa Massata Diack, qui a fait tout même fait black out sur la Cartier qu’il avait acquise et qui se serait retrouvée ai bras d’une nièce de Mohammed VI.