Ouganda : le point sur le premier décès lié au Virus Ebola

Virus Ébola (au microscope électronique) montrant la structure filamenteuse de la particule virale.

Le premier cas confirmé d’Ebola en Ouganda, un garçon de cinq ans, est décédé dans la matinée du mercredi 12 juin 2019 et il a été enterré ce jeudi à Kasese, le district où il résidait avec ses parents.

Les tests de laboratoire ont confirmé que, parmi les six membres de famille ayant traversé la frontière, deux autres sont également contaminés par Ebola rapporte le Ministère de la Santé congolais. Il s’agit de la grand-mère de 50 ans et du jeune frère de 3 ans du garçon décédé.

Du côté des six membres de la famille restés à Kasindi et transférés au Centre de Traitement d’Ebola de Beni, cinq ont été testés positif. Autour de cette famille, environ 50 contacts ont été listés à Kasese du côté ougandais et 80 contacts à Kasindi du côté congolais.

Mercredi 12 juin 2019, les autorités sanitaires congolaises et ougandaises ont également tenu une réunion à Kasese, à environ 140 kilomètres de Beni, afin d’échanger sur les mécanismes de collaboration transfrontalière. La Ministre de la Santé ougandaise, Dr Jane Ruth Aceng, était à la tête de la délégation ougandaise tandis que du côté congolais, la délégation était dirigée par le Dr Gaston Tshapenda, responsable de la coordination de Beni.
Les principales décisions prises sont de :
– Renforcer la surveillance aux points d’entrée, particulièrement les voies secondaires ;
Maintenir le partage continu d’informations en temps réel entre les deux pays ;
Lancer la vaccination des contacts le plus rapidement possible. La RDC a déjà donné 400 doses de vaccin rVSV-ZEBOV à l’Ouganda. La RDC est disposée à envoyer des équipes de vaccination en Ouganda pour vacciner plus rapidement tous les contacts si nécessaire ;
– Rapatrier tous les membres de la famille en RDC après avoir obtenu leur consentement éclairé. Le père de l’enfant décédé étant ougandais, la famille était libre de choisir le lieu d’hospitalisation. Les membres de famille encore vivants ont tous accepté de rentrer en RDC pour poursuivre leur traitement médical et le suivi de 21 jours. L’avantage de poursuivre le traitement médical en RDC est la possibilité de pouvoir bénéficier des nouvelles molécules thérapeutiques qui ne sont pas encore disponibles en Ouganda ;
– Finaliser le protocole d’accord entre l’Ouganda et la RDC qui définira les procédures de collaboration sanitaire approfondie entre les deux pays.