Point Afrique suspend ses vols

Lors d’une conférence de presse à Paris cette après-midi, Maurice Freund, président de Point Afrique de retour du Niger ce matin, a annoncé que le tour opérateur supprimait six des sept destinations qu’il proposait au Sahel. Cette décision fait suite à la désaffection de ces destinations, accentuée par l’enlèvement de sept personnes dont cinq Français à Arlit (Niger) mercredi dernier.

Fataliste. C’est ainsi que s’est présenté Maurice Freund à la conférence de presse organisée ce mercredi à Paris. Le président de Point Afrique a annoncé la suppression de six destinations sur les sept que proposait son tour opérateur dans la zone saharo-sahélienne [Trois des destinations concernent le sud algérien (Tamanrasset, Djanet et Timimoune). Les autres sont Agadez au Niger, Atar en Mauritanie et Gao au Mali]]. La seule maintenue est celle de Mopti, au Mali. Cette décision fait évidemment suite aux [enlèvements de sept personnes dont cinq Français mercredi dernier à Arlit (Niger).

Pourtant en 2007, l’entreprise avait engendré 38 millions d’euros de chiffre d’affaire et prenait en charge près de 71 000 voyageurs. Mais depuis la recrudescence des actions menées par Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI), le potentiel touristique de la région est en chute vertigineuse : depuis jeudi, l’entreprise a enregistré 40% d’annulation de ses réservations, et après avoir engendré près d’1,6 million d’euros de pertes cette année, elle préfère désormais arrêter les frais. « Comme le dit l’adage, nous préférons nous couper un bras plutôt que de courir à la catastrophe», a souligné Maurice Freund.

De plus, selon le président de Point Afrique, le battage médiatique créé autour des enlèvements est grandement responsable de la désaffection de ces destinations : il existe désormais une véritable psychose, les gens ne se sentent plus en sécurité et les populations locales s’enferment dans la loi du silence, de peur de voir s’abattre sur elles les représailles des organisations terroristes.

Le président de Point Afrique va même plus loin : selon lui, « la Mauritanie est une destination presque sûre, on pourrait continuer à maintenir nos activités là-bas. Seulement la psychose médiatique fait que les gens ont peur et que nous n’enregistrons pas de réservations. Du coup, nous sommes obligés de supprimer la destination. »

Vers une « afghanisation » de la région ?

Selon Maurice Freund, lors des enlèvements, AQMI n’agit pas directement, mais ce sont les Touaregs accompagnés d’un ou deux membres de l’organisation terroriste qui pratiquent le kidnapping en soi. Puis, ils livrent l’otage dans un camp de l’AQMI. C’est d’ailleurs en général pour cela qu’il y a un temps de latence entre l’enlèvement et les revendications.

Ainsi, Maurice Freund craint désormais ce qu’il appelle une « afghanisation de la région » : un enlèvement pouvant leur payer l’équivalent de 10 années de salaire, il est de plus en plus facile de trouver – surtout parmi les jeunes Touaregs – des personnes motivées pour faire le « sale boulot » de l’organisation terroriste. En effet, plutôt que l’idéologie, ce qui attirerait les jeunes Touaregs serait l’appât du gain. De ce fait, ils seraient de plus en plus nombreux à être attirés par les organisations terroristes.

Point Afrique avait déjà supprimé ses vols vers la Mauritanie en octobre 2008 après l’assassinat de militaires. Avec les enlèvements à répétition et la situation de plus en plus précaire dans ces régions, Maurice Freund a confirmé que si le tour opérateur devait rétablir ses vols, ce ne serait pas le cas avant 2012.

Pourtant, Point Afrique voulait faire du tourisme une arme pour la paix. Désormais, le président du tour opérateur est conscient que son entreprise est devenue « un fournisseur d’otages pour terroristes ». Et c’est la mort dans l’âme que Maurice Freund arrête ses activités. En effet, pour lui, nous rentrons désormais dans un cercle vicieux qui fait le jeu des organisations terroristes : la suspension de l’apport aux populations locales des revenus créés par le tourisme risque malheureusement de les faire glisser de plus en plus vers l’illégalité.

Lire aussi :

 Point Afrique supprime ses vols vers la Mauritanie : Maurice Freund s’explique

 L’entreprise solidaire de Maurice Freund décolle