Plus de « 8 millions d’armes légères circulent en Afrique de l’Ouest », selon une ONG

Plus de 30 millions d’armes légères circulent en Afrique subsaharienne, a indiqué le ministre guinéen de la Sécurité et de la Protection civile, Mahmoud Cissé. Il intervenait à l’occasion d’une conférence menée avec le réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest (RASALAO), une ONG qui milite pour limiter le commerce d’armes.

Une délégation du réseau d’action sur les armes légères en Afrique de l’Ouest (RASALAO) est à Conakry, depuis le début de la semaine, pour inciter la Guinée à signer le Traité sur le commerce d’armes (TCA), mis en place par l’ONU pour limiter cette vente. Ce mercredi, cette ONG a tenu une conférence aux côtés du ministre guinéen de la Sécurité et de la Protection civile, Mahmoud Cissé, qui a donné des chiffres alarmants sur l’étendue du trafic d’armes légères en Afrique.

Pour le vice-président du RASALAO, Amadou Maïga, « le réseau a entrepris, depuis le 1er janvier 2014, une campagne de sensibilisation dans l’espace CEDEAO (Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest) à l’endroit de nos 15 pays.  Notre objectif est de faire un plaidoyer auprès des autorités guinéennes pour ratifier le TCA », rapporte la presse guinéenne.

30 millions d’armes légères en Afrique subsaharienne

« L’insécurité a pris une dimension internationale. Aujourd’hui, la communauté internationale est frappée de plein fouet par la circulation illicite des armes légères et de petits calibres. Il y a 875  millions d’armes légères et de petits calibres qui circulent à travers le monde et de façon incontrôlée.  L’Afrique, au sud du Sahara, en comptabilise plus de 30 millions. Et si vous regardez ces statistiques, l’Afrique de l’Ouest à laquelle nous appartenons compte un peu plus de 8 millions d’armes légères et de petits calibres qui circuleraient de façons incontrôlée », a déclaré le ministre guinéen de la Sécurité et de la Protection civile, Mahmoud Cissé

A cause des différentes guerres qui ont frappé l’Afrique de l’Ouest, les pays de la CEDEAO ont décidé de créer une convention propre à l’organisation sur les armes légères et de petits calibres. Signée en 2006, elle a été mise en application dans les différents pays de l’organisation, depuis 2011, avec des résultats mitigés.

Les conflits au Nigeria, au Cameroun et au Niger avec Boko Haram, la dernière guerre au Mali, notamment, sont des exemples du peu d’efficacité de ces différents dispositifs.