Plus de 25 000 Burundais expulsés de Tanzanie

Les Burundais ne sont pas les bienvenus en Tanzanie. Et pour cause, en seulement un mois, entre 25 000 et 30 000 Burundais ont été expulsés de Tanzanie vers leur pays. Une situation jugée « dramatique » par la représentante du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

Il y a deux semaines, la Tanzanie avait déjà expulsé en une dizaine de jours plus de 10 000 Burundais, considérés comme des irréguliers. En un mois, c’est entre 25 000 et 30 000 Burundais qui ont été expulsés de Tanzanie. Face à ces expulsions qui augmentent au fil des mois, le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) au Burundi estime que la situation humanitaire de ces expulsés est dramatique.

Le HCR tire la sonnette d’alarme

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés s’inquiète des conditions d’expulsion des Burundais. Au départ, les expulsions semblaient désordonnées, mais ces derniers jours « les autorités tanzaniennes organisent mieux, avec chaque jour quatre à cinq camions qui traversent la frontière, entrent au Burundi et déposent entre 400 et 500 expulsés », selon Mme Huck, la représentante du Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés.

A Rutana, à l’est de la Burundi , « ils dormaient à la belle étoile, ayant perdu même leurs papiers », a décrit la représentante du HCR. « On nous a dit qu’une femme enceinte, malgré un début d’accouchement, a dû traverser la frontière et a accouché sous un arbre, dans des conditions évidement dramatiques ». Dans le camp de Kinazi, province de Makamba, Mme Huck a vu « 200 personnes, arrivées depuis trois jours et qui étaient dans un état déplorable » car « ils n’avaient pas d’eau, juste un peu de bouillie donnée par la Croix-Rouge burundaise ». Elle en appelle la communauté internationale afin de venir en aide aux autorités burundaises pour organiser des convois dans le but d’acheminer les expulsés dans leurs villages d’origine.

La Tanzanie qui est un pays d’asile pour des millions de réfugiés ayant fui les conflits à répétition de ces dernières décennies, dans l’Est de l’Afrique, a entamé depuis la mi-août une vaste opération d’expulsion de Burundais, Rwandais et Congolais.