Plus d’enfants soldats !

No child soldiers est un album qui est disponible dans les bacs depuis ce vendredi en France. A l’origine de cette œuvre musicale, dont l’objectif est de sensibiliser l’opinion publique sur le problème des enfants soldats, l’association Aïkah créée par la chanteuse ivoirienne Madéka. Quelques uns des plus grands artistes du continent ont prêté leur voix à cette noble cause.

« Démobilisons les enfants soldats ». Le propos est clair et c’est celui de l’album collectif No child soldiers, disponible dans les bacs depuis ce vendredi. « Ils sont 300 000 enfants soldats dans le monde, explique Julien Vuidard, artiste et chargé de projet à l’association Aïkah. C’est à cette dernière dont l’artiste ivoirienne Madeleine Kouadio Timermann, alias Madéka, est la présidente-fondatrice que l’on doit l’oeuvre. « En Afrique, poursuit le rappeur français, on retrouve par exemple les enfants soldats au Liberia, au Soudan ou encore en Côte d’Ivoire. Plus les conflits perdurent, plus les groupes armés ont tendance à recruter des enfants qui sont facilement accessibles. » Volontaires ou enrôlés de force -garçons et filles -, ces enfants sont souvent drogués, « complètement exploités » à des fins guerrières ou sexuelles. Ils assistent et participent, malgré eux, aux pires atrocités qui les privent à jamais de leur innocence.

Informer et agir pour offrir un futur à un enfant soldat

« Notre objectif est d’informer les gens de l’existence des enfants sodats », poursuit M. Vuidard. La commercialisation de cette œuvre musicale permettra de financer, entre autres, des projets en Côte d’Ivoire et en République Démocratique du Congo (RDC) en faveur du désarmement-démobilisation-réinsertion (DDR) de ces petits soldats. Alpha Blondy, Angélique Kidjo, Lokua Kanza, Salif Keita, Tété, Corneille, Rokia Traoré, Youssou N’Dour et Geoffrey Oryema sont quelques uns des artistes qui ont accepté de participer à cette aventure musicale et militante. Le titre phare de l’album Bemamou est une chanson collective inédite. Il signifie « enfants soldats » en baoulé, une langue de Côte d’Ivoire.

Aïkah est une jeune association qui existe depuis 2004. Sa raison d’être : mener « toute forme d’action en faveur de causes humanitaires, notamment celle qui concerne l’enfance défavorisée ». Dans le cadre du projet No child Soldiers, elle a travaillé en étroite collaboration avec le Collectif français contre l’utilisation des enfants soldats. Le résultat, un album de 17 titres (connus et appréciés dans leur grande majorité) d’artistes exceptionnels, très agréable à écouter et qui vaut bien que vous vous précipitiez chez votre disquaire pour l’acquérir…pour la bonne cause.

 No child soldiers

O+Music/Harmonia mundi

le site : www.nochildsoldiers.org

 Association Aïkah

96, rue Nollet

75017 Paris

Tél : 01 53 06 86 86