Pierre Goudiaby, bâtisseur de rêves

Pierre Goudiaby est un homme heureux. Ce Sénégalais originaire de Casamance, ancien président de l’Union des Architectes d’Afrique, vient d’ouvrir l’Espace ATEPA sur les Champs-Elysées. Ce lieu lui servira de bureau parisien mais se veut avant tout une place d’exposition de la création africaine et le rendez vous de l’Afrique qui bouge.

Diplômé de l’Institut Polytechnique de Rensselear de New York, architecte de talent, Pierre Goudiaby a réalisé à travers sa structure, le groupe ATEPA, des réalisations aussi diverses et originales que les sièges de la Banque Centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar, de la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) à Lomé, ou l’aéroport International de Banjul en Zambie.

Passionné de culture, il avait depuis des années la volonté de monter un espace d’exposition. Il voulait que ce lieu fût à l’image de l’Afrique qu’il rêve d’aider à reconstruire,  » une Afrique moderne, sans complexe, qui puisse revendiquer fièrement sa place dans le nouveau millénaire « . C’est désormais chose faite avec l’ouverture de l’Espace ATEPA sur les Champs-Elysées de Paris.

On y trouve de nombreux objets d’art africain provenant du Sénégal et de Côte d’Ivoire, des figurines en pierre de Mbigou du Gabon et aussi des reproductions d’objets anciens retravaillés comme une série de masques miniatures en bois et bronze. On découvrira une présentation de ces pièces sur le site du cabinet d’architecture qui laisse une grande place à l’exposition des oeuvres.

Un projet multiple

L’ouverture de l’Espace, jeudi 21 juin, a été honorée de la présence du président sénégalais, Abdoulaye Wade, actuellement en visite officielle à Paris pour défendre son plan Omega. On y retrouvait aussi de nombreux représentants de la diaspora car si Pierre Goudiaby souhaite profiter de sa réussite pour promouvoir la culture africaine en Occident, il poursuit toujours avec passion son métier d’architecte en développant désormais des projets de promotion immobilière en Afrique.

D’où une assistance nourrie et relevée, où l’on remarquait tout ce que la jet set africaine à Paris, et auprès de l’Unesco, compte de notabilités : de l’ambassadeur du Burkina, ancien président du Fespaco, à Zyad Limam, Rédacteur en chef d’Afrique Magazine, en passant par la fuligineuse et brillante romancière camerounaise Calixthe Beyala… Toute la grande famille de l’Afrique à Paris s’était donné rendez-vous sur les Champs.

L’objectif de Pierre Goudiaby :  » amener les Africains de la diaspora à investir dans la pierre en Afrique « . Toujours avec la même idée directrice,  » il faut que le continent puisse profiter de l’image et des ressources intellectuelles et financières de ceux qui ont réussi « . Au vu des personnalités rassemblées, le pari est en passe d’être gagné.

En attendant l’ouverture des prochains Espace ATEPA prévus à New York et Tokyo, rendez-vous au 78, avenue des Champs-Elysées pour voir une Afrique qui a su mélanger tradition et ouverture sur l’avenir.