Les experts testent le plan Omega

Pendant trois jours, deux cents experts économistes venus du monde entier sont réunis à Dakar pour examiner le plan Omega, présenté par le président Abdoulaye Wade. Cette rencontre décidera de sa poursuite ou de son abandon.

 » Le plan Omega est une réponse pertinente pour briser la marginalisation du continent noir « , clame Chérif Salif Sy, conseiller économique et financier du président de la République sénégalaise Abdoulaye Wade et chef du plan Omega. Au vu du manque d’infrastructures en Afrique, des faiblesses de l’éducation et de l’agriculture et des problèmes de santé auxquels le continent est confronté, Me Wade avait présenté un plan de relance des économies africaines en janvier dernier.

Il est soumis à présent à l’appréciation de quelques deux cents experts économistes, réunis pour l’occasion à Dakar, du 11 au 13 juin. Ces derniers vont  » tester la validité du plan « , note Sud Quotidien qui titre son article,  » Examen de passage du plan Omega « . Et Chérif Salif Sy de renchérir :  » L’objectif de la rencontre est de vérifier la cohérence et l’opérationnalité du plan. L’analyse de ses effets est la plus importante. Elle va déterminer sa poursuite ou son abandon « .

Calendrier chargé

Des spécialistes de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement ou encore du Fonds monétaire international ainsi que des délégations d’économistes d’Afrique du Sud, d’Algérie ou du Maroc vont analyser lundi la justification, l’articulation et l’opérationnalité du plan. Mardi, ils testeront sa validité sur l’économie, la compétitivité et la productivité (entre autres). La journée de mercredi sera réservée au financement du plan.

Si ce plan, initiative totalement africaine, est accepté, son calendrier devrait se poursuivre ainsi : les 18 et 19 juin prochains, au Caire, des experts travailleront à la fusion les plans Omega et Map (présenté par le président sud-africain Thabo Mbeki). En juillet, le plan Omega sera présenté pour son adoption, au sommet de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA) à Lusaka. Enfin, au mois de septembre, le lancement solennel du plan devrait avoir lieu à l’occasion du sommet spécial des Nations Unies.

En définitive, une grande, cohérente et puissante initiative économique serait ainsi prise pour aider au décollage de l’Afrique. Le monde serait-il en train de s’apercevoir qu’une Afrique en bonne santé, c’est aussi une prodigieuse réserve de croissance pour les autres continents ?