Petit Pays ou la leçon du maître

La méga star camerounaise Petit Pays, alias le Turbo d’Afrique, lâche sa nouvelle bombe. Mélange détonant de rumba, de makossa et d’afro zouk, le zengué de  » Maestro « , son dernier album, est toujours au top. Avis de tempête sur toutes les pistes de danse.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Petit Pays, il faut juste savoir que c’est La star number one du Cameroun. Celui qui se fait également appeler, entre autres, le Turbo d’Afrique, tient le haut du pavé depuis plus de 10 ans. Artisan d’un style qu’il a repris et développé à son compte, le zengué, Petit Pays revient avec un nouvel album : Maestro. Une nouvelle leçon d’un des maîtres de l’ambiance.

Prenez des rythmes congolais, ajoutez-y une dose d’afro-zouk, une pincée de makossa, offrez à Petit Pays de mélanger le tout, il vous en fera un cocktail des plus explosifs capable d’enflammer n’importe quel dancefloor de Yaoundé à Paris. Le dernier opus de l’artiste de Douala ne déroge pas à la règle.

Artiste provocateur

Aucun doute, l’album est une valeur sûre. Ne vous arrêtez pas au visuel du disque où l’on voit un Petit Pays, torse nu, se tenant fièrement à pleine main les bijoux de famille. Car la provocation fait résolument parti du personnage et ses nombreuses frasques ne cessent de faire couler beaucoup d’encre au Cameroun. Jugez l’artiste à son oeuvre et force est de constater que le talent est bien au rendez-vous.

La production musicale est soignée. L’ensemble jouit même d’une solide harmonie, si bien que l’on n’enregistre aucune brebis galeuse dans les neuf titres de l’album. Petit bémol à soulever toutefois pour ceux qui ne sont pas au fait de certains particularismes de la musique africaine, les morceaux ne sont absolument pas calibrés pour les radios et dépassent allègrement la barre des 7 minutes. Mais le Turbo d’Afrique met la vitesse supérieure pour nous faire danser. Et il tape en plein dans le mille.