Périls en RDC : à quand une armée commune pour l’Afrique ?

La République Démocratique du Congo dispose d’un énorme potentiel de matières premières souvent mal exploité qui, après les colons d’hier, attire aujourd’hui la convoitise des prédateurs et des seigneurs de guerre. L’enjeu géopolitique de la RDC est clair : c’est le seul pays au monde où l’on trouve réunis tous les éléments du tableau périodique de Mendeleïev. A l’image des pays membres de l’OPEP, la RDC est un pays très stratégique pour le fonctionnement de l’économie mondiale et pour le développement des nouvelles technologies. Cette donnée permet d’éclairer les événements qu’a traversés ce « pays-continent » de 2.345.409 km² au cours de son histoire.

La République Démocratique du Congo est au cœur de l’histoire et de la géographie du continent. En effet, c’est au royaume du Kongo que s’installent les Portugais, dès la fin du 15e siècle, pour y instaurer l’esclavage, qui va se répandre ensuite en Afrique Centrale et en Afrique de l’Ouest. Après cette première période d’exploitation, se met en place une deuxième vague coloniale, et c’est autour du Kongo, une nouvelle fois, que s’organise la fameuse conférence de Berlin, en 1885, dont le vrai nom est la « Kongo konferenz », dénomination qu’utilisent à juste titre les Allemands.

Les puissances occidentales ne veulent plus exposer leurs armées

C’est au Congo qu’a lieu le plus célèbre des assassinats politiques, celui de Patrice Lumumba, mis à mort (comme la plupart des nouveau leaders politiques souverainistes et panafricains des années 1960) par des opposants soutenus par les anciennes puissances coloniales qui sont hostiles à sa nouvelle politique étrangère, orientée vers l’URSS. L’élimination physique ou politique des leaders indépendantistes africains a ainsi dénaturé les indépendances africaines. Certains auteurs n’hésitent pas à parler de confiscation des indépendances en Afrique.

Aujourd’hui, la RDC est le théâtre d’une guerre qui se trouve être à la fois la plus meurtrière depuis 1945 (environ 6 à 8 millions de morts, sans parler des centaines de milliers de femmes violées), et sans doute aussi la moins médiatique. C’est également la plus grande opération de maintien de la paix de l’histoire de l’ONU en Afrique avec un contingent de 20.000 militaires. C’est aussi l’une des opérations les plus coûteuse pour les Nations Unies. Mais en raison des crises économiques (restriction des budgets militaires) et d’un changement de culture dû aux prises de risques, les puissances occidentales ne veulent plus exposer leurs armées aux risques militaires, comme ce fut le cas lors de la Révolution de Saint-Domingue (Haïti) ou de la guerre d’Algérie.

On envoie donc des unités de commandement qui recrutent et forment des mercenaires religieux, politiques, intellectuels qui ont pour mission de conquérir les zones stratégiques des territoires convoités. Ainsi, le risque inhérent à la guerre, à la mort, sera supporté par la population locale et par les mercenaires.

Le monde n’aide pas l’Afrique, le monde exploite l’Afrique

Dans cette nouvelle guerre, il arrive parfois que les mercenaires s’émancipent des unités de commandement et deviennent une menace militaire et politique sur une zone très étendue. Ils tentent alors de s’autofinancer en commercialisant les matières premières. A la différence des pirates lors des conquêtes maritimes du 15e au 19e siècle, ils opèrent sur terre et non sur mer. C’est ce qui se passe au Congo, avec le soutien plus ou moins discret de certaines multinationales, décidées à tirer leur épingle du jeu et en s’approvisionnant à faible coût en matières premières.

Face à ces périls, la Renaissance Africaine exige que l’on sorte de tous les mécanismes d’appauvrissement savamment construits depuis les razzias esclavagistes pour concevoir des mécanismes nouveaux, ayant pour objectif final de permettre au plus grand nombre d’Africains d’accéder à la prospérité matérielle. C’est ce que devrait faire l’aide internationale, mais un rapport récent, publié en juillet 2014 par www.healthpovertyaction.org, qui est un consortium de chercheurs britanniques et africains, a démontré que l’aide apportée à l’Afrique est six fois moins importante que la valeur des flux qui sortent du continent. En d’autres termes, hier comme aujourd’hui, le monde n’aide pas l’Afrique, le monde exploite l’Afrique.

Pour assurer l’autonomie du continent, il est primordial que l’Afrique assure la sécurité de ses frontières terrestres, maritimes et aériennes. Cela est encore plus vrai au Congo, où les seigneurs de guerre vont et viennent, pillant et tuant, ceci implique plus de quatorze nations depuis vingt ans. Un Congo fort est nécessaire pour une Afrique forte. Et vice versa.

Des solutions existent. Les pays européens, pour répondre à la menace du nazisme et du communisme, ont mutualisé leur force militaire en créant l’OTAN avec les Etats-Unis. Les pays africains pourraient tout autant s’inspirer de ce modèle qui n’est pas protégé par un brevet en créant ainsi une armée africaine composée d’un million de militaires et d’une force spéciale mobile pour répondre à la menace de ces mercenaires à la solde des étrangers, qui sont les ennemis de l’Afrique.

L’Année 2015 marque les 100 ans du traité de Versailles, il serait judicieux pour les pays africains de décloisonner les territoires et pensée à une souveraineté commune telle que le soutenait Nkwamé Nkrouma.

Par Guy Samuel Nyoumsi