Paul Ahyi, un pilier de l’art contemporain africain

AhyiPaul.jpg

Le directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture (UNESCO), Koïchiro Matsuura, a nommé le plasticien togolais Paul Ahyi « Artiste de l’UNESCO pour la paix ». Le prix lui a été officiellement décerné le 10 septembre 2009, lors d’une cérémonie par téléconférence au siège de l’institution à Lomé.

Le titre honorifique d’ « Artiste de l’UNESCO pour la paix » a été décerné à Paul Ahyi, 79 ans, en reconnaissance « de sa contribution à la promotion des idéaux de l’UNESCO au travers de ses activités artistiques », ont souligné les responsable de l’institution onusienne. Le choix de l’artiste togolais ne s’est pas fait au hasard. Paul Ahyi a été choisi parce qu’il a participé à moult expositions à travers le monde et gagné de nombreux prix nationaux et internationaux pour ses œuvres.

Pratiquant la peinture, la sculpture, la céramique, la tapisserie et la bijouterie, le Maître (comme ses jeunes frères aiment bien l’appeler) Paul Ahyi a été diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 1959. On lui doit la décoration de plusieurs édifices à travers le monde, notamment au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Nigeria, en République de Corée, au Sénégal, au Vatican et bien sûr au Togo.

Le concepteur du drapeau national togolais n’en est pas a sa première distinction. Il déjà reçu la médaille d’Or des Métiers d’Arts à Paris (1961), celle de l’Officier de l’Ordre du Mono au Togo (1970), du Commandeur des Palmes Académiques Françaises (1985) et celle d’Officier des Arts et Lettres de France (1985). A part la peinture, « le Maître » a également publié plusieurs ouvrages (au total 17) dont la réflexion sur l’art et la culture et Togo, mon cœur saigne, un recueil d’églogues (poèmes bucoliques).

Paul Ahyi rejoint, en devenant « Artiste de l’UNESCO pour la paix », le carré encore restreint du musicien Manu Dibango (Cameroun), de l’actrice Patricia Velasquez (Venezuela), du musicien Gilberto Gil (Brésil), de la danseuse Miyako Yoshida (Japon), de la soprano Sumi Jo (République de Corée), du chanteur et fondateur des Gypsy Kings Chico Bouchikhi (France), et du chef d’orchestre Valery Gergiev (Russie) ».

Consulter :

 Le site de Paul Ahyi