Passionnante Mauritanie

Afrik met la Mauritanie à l’honneur cette semaine. Une série d’articles loin d’être exhaustive car nous nous sommes attachés à évoquer les points positifs de ce pays à la charnière, géographique et humaine, du monde arabo-berbère nord-africain et de l’Afrique noire subsaharienne. Ainsi, nous avons volontairement mis de côté les problèmes et les tensions politico-sociales que peut encore connaître la Mauritanie.

Nous avons préféré parler du patrimoine matériel et immatériel de ce vaste territoire dépassant le million de kilomètres carrés, limité au nord par le Sahara occidental et par l’Algérie, à l’est et au sud-est par le Mali, enfin au sud par le Sénégal. Nous avons voulu mettre en lumière le développement d’Internet et la croissance extraordinaire du tourisme, ainsi que la vitalité des femmes. Chaque jour de cette semaine nous vous proposons donc un article réalisé en Mauritanie, à Nouakchott, la capitale, et dans le désert de l’Adrar.

Lundi, la série a débuté en beauté avec un point sur les coiffures à la mode et la fréquentation en hausse des salons par les Mauritaniennes. Suivront le portrait de la rédactrice en chef du journal le plus lu du pays, Le Calame, des interviews de tour-operators et pour finir, un reportage à Chinguetti, ville du désert d’une richesse culturelle et historique étonnante.

Pays attachant qui se lève avec le chant du muezzin, vit au rythme de la théière qui bout pour les trois thés sacrés et se couche en regardant dans les yeux le soleil flamboyant sur les dunes du désert, la Mauritanie est profondément naturelle et humaine. Elle vaut la peine d’être vue, lue et entendue.

Notre dossier spécial.