Paris suspend l’aide au développement alloué à Bamako

Le Président Emmanuel Macron à l'Elysée
Le Président Emmanuel Macron à l’Élysée

La France a décidé de suspendre l’aide publique au développement alloué au Mali. Décision prise par Paris en raison de la position de Bamako de plus en plus hostile vis-à-vis de l’ancienne puissance coloniale.

La décision prise par Paris est toutefois dénoncée par Coordination Sud, un collectif d’ONG françaises de solidarité internationale. Dans un courrier adressé à l’Élysée, le 15 novembre, relève Le Monde, le collectif interpelle le chef de l’État français sur les graves conséquences de cette mesure. Les 35 organisations françaises actives au Mali demandent à Emmanuel Macron de revenir sur sa décision.

Pour Coordination Sud, la suspension de l’aide publique au développement entraînera « l’arrêt d’activités essentielles voire vitales menées » dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Lesquelles activités étaient menées au profit de populations en situation de grande pauvreté, rappelle-t-elle. Une mesure qui pourrait donc avoir de lourdes conséquences sur la population malienne, interpellent des ONG.

La nouvelle posture de la France intervient dans un contexte de tension entre Paris et Bamako. Pour justifier cette mesure de suspension, le gouvernement français évoque le recours des nouvelles autorités maliennes au groupe paramilitaire russe Wagner. En effet, depuis quelque temps, la junte militaire au pouvoir au Mali a recours à ce groupe, proche du Moscou. Wagner est d’ailleurs régulièrement accusé d’exactions sur les civiles.

A noter qu’il s’agit là de la première décision forte prise par les autorités françaises après la cascade d’actes hostiles posés par Bamako. En effet, non content d’avoir expulsé l’ambassadeur de la France au Mali, Bamako a remis en cause les accords de défense conclus avec Paris. Même la décision prise par la junte malienne au pouvoir de chasser Barkhane du pays avait été contenue par l’Élysée.

Les récentes accusations du Mali dénonçant un appui de la France aux terroristes n’ont fait qu’exacerber la situation. Suffisant pour Paris décide de couper le robinet à Bamako ?

Lire : Bamako est formel : la France n’a plus de « base légale » pour opérer au Mali