Paris : la manifestation pro-palestinienne de samedi 26 juillet a été interdite

La préfecture de police a interdit ce vendredi la manifestation pro-palestinienne qui devait avoir lieu ce samedi 26 juillet. Les organisateurs ont saisi d’urgence le tribunal administratif.

La manifestation pro-palestinienne prévue demain, samedi 26 juillet, à 15 heures place de la République à paris, a été interdite vendredi par la préfecture de police. Les organisateurs ont saisi la justice en urgence.
« J’introduis un mémoire en référé-liberté auprès du tribunal administratif de Paris », a déclaré Me Hosni Maati, avocat des organisateurs. « On épuisera tous les recours juridiques », a déclaré Omar Alsoumi, membre du Palestinian Youth Movement, l’un des organisateurs de cette manifestation aux côtés notamment du NPA et du Parti des indigènes de la République (PIR) et d’Europe Ecologie Les Verts.

La raison de cette interdiction ? « Il y aurait beaucoup de monde » et les organisateurs seraient « incapables d’encadrer la manifestation ». Or « on aurait pu avoir 200 personnes pour le service d’ordre », a affirmé Alain Pojolat, du NPA, qui s’est dit « stupéfait » de cette interdiction, lit-on sur Le Point.

Mercredi, une manifestation parisienne en soutien aux Palestiniens, à l’appel du collectif national pour une Paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, s’était pourtant déroulée dans d’excellentes conditions. De l’avis de certains, l’interdiction des précédentes manifestations n’était donc pas pertinente.

Une interdiction « extrêmement grave »

Comme pour la manifestation interdite du 19 juillet, les organisateurs ont saisi d’urgence le tribunal administratif. Omar Alsoumi, membre du Palestinian Youth Movement, l’un des organisateurs, a jugé cette interdiction « extrêmement grave ». « Le gouvernement est en train d’interdire un droit fondamental, il crée une division entre des citoyens qui seraient légitimes à s’exprimer et d’autres non », a-t-il estimé.

A l’image de la précédente marches interdite, des centaines de manifestants pourraient dans tous les cas converger vers la place de la République ce samedi. Pour rappel, les contestataires veulent dénoncer l’offensive israélienne à Gaza, qui en est à son 18e jour et qui a déjà fait plus de 800 morts du côté palestinien et 33 du côté israélien, dont plusieurs soldats.