Parfum de mort chez Kenzo

Cela ne sent pas du tout bon chez Kenzo, du nom de la marque de vêtements haut de gamme, d’accessoires chics et de parfums de classe. Que s’est-il donc passé ?

Le Coronavirus est passé par là. Cette maladie, qui n’épargne personne, aura laissé sa trace dans les annales pour avoir frappé durement tous les pays du globe, en plus d’avoir emporté des personnalités. Le Japonais Kenzo Takada, selon son porte-parole, est mort du Covid-19, à l’âge de 81 ans.

« Kenzo Takada s’est éteint le dimanche 4 octobre 2020 à l’Hôpital américain de Neuilly-sur-Seine des suites du Covid-19 », a indiqué son porte-parole, dans un communiqué, alors que se tient la Semaine de la mode parisienne. Ainsi s’en est allé le fondateur de la marque de vêtements, d’accessoires et de parfums Kenzo.

En 1993, le Japonais, né le 27 février 1939 à Himeji près d’Osaka, cédait sa marque de vêtements au géant LVMH et s’était retiré de la mode six ans plus tard. Connu pour ses imprimés graphiques et floraux, Kenzo avait lancé en début d’année une ligne de design.

Arrive en France en 1965, par bateau, dans le port de Marseille, Kenzo Takada migre vers Paris, pour s’y installer définitivement, alors qu’il était censé y être tout juste de passage. C’est par la suite que ce passionné de couture lance sa première collection, en 1970, charmé qu’il était par Paris.

Plus tard, il lance sa première ligne pour hommes (1983), puis son premier parfum (Kenzo Kenzo) (1988), cédé en 1993 au groupe de luxe LVMH. Kenzo Takada quitte la mode en 1999, pour des projets plus ponctuels, dont une ligne de design, créée en début d’année.

Ainsi, après avoir arraché à l’affection du monde entier des personnalités comme le Sénégalais Pape Diouf, ancien coach de Marseille et autre Manu Dibango, le célèbre saxophoniste camerounais, voilà que la maladie à Coronavirus emporte le Japonais Kenzo Takada, créateur de la célèbre marque Kenzo.