Ouverture en Chine d’un centre commercial africain de cacao

La province du Hunan, en Chine centrale, vient d’ouvrir un centre commercial de cacao pour relier l’Afrique, premier producteur mondial de cacao, à l’appétit croissant de la Chine pour le chocolat. Le Centre africain de commercialisation du cacao, établi à Changsha, capitale provinciale du Hunan, commencera par vendre du cacao principalement du Ghana, avant de s’intéresser aux produits d’autres pays africains.

« Je suis convaincu que chaque chocolat savoureux apprécié en Chine contient une certaine quantité de cacao de qualité supérieure du Ghana dans ses ingrédients », a déclaré Edward Boateng, ambassadeur du Ghana en Chine, ajoutant que ce pays d’Afrique de l’Ouest travaillait avec la nation asiatique pour accroître encore l’offre.

Pour sa part, Xu Xiangping, chef du département du commerce du Hunan, a déclaré que la province avait pour objectif de construire un important centre de commerce et de transformation pour les produits agricoles africains, notamment les noix de cajou, le café, le coton et le caoutchouc. Le centre du cacao est l’un des premiers « sous-centres » à être créé, a aussi indiqué Xu Xiangping.

Les responsables et les commerçants affirment que Hunan est au centre du vaste réseau de transport de la Chine et à proximité des marchés de consommation en plein essor à travers le pays, ce qui facilitera l’entrée des produits africains. D’ailleurs, c’est dans ce sens que Changsha, a accueilli une conférence, mardi, dans le but de promouvoir la coopération commerciale entre Hunan en Chine et le Ghana, la Tanzanie et l’Éthiopie, et a été témoin de la signature de plusieurs accords sur l’importation de cacao et la coopération industrielle.

Pour faire face à toutes ces demandes, le Ghana s’active à augmenter sa production en cacao. Elle devrait atteindre 900 000 tonnes en 2020-2021. Ce volume serait ainsi en légère hausse de 50 000 tonnes par rapport au stock de la saison précédente qui a été largement affecté par la maladie virale du Swollen Shoot, sévissant dans le nord-ouest du pays.

S’agissant des préparatifs de la prochaine saison démarrant en octobre, le régulateur prévoit de lever un prêt syndiqué de 1,3 milliard de dollars, pour financer ses achats de cacao. L’opération devrait être assortie d’un taux d’intérêt égal au Libor à un mois (éléments de référence des taux sur les emprunts internationaux) majoré notamment d’une marge de 1,75% ainsi que d’une commission d’engagement de 0,62% par an. Pour rappel, la filière cacao a rapporté en 2019, des recettes d’exportation de 2,3 milliards de dollars.