Ouganda : Orange s’engage à protéger ses employés homosexuels


Lecture 2 min.
arton38198

Orange devient la première multinationale en Ouganda à s’engager à protéger ses employés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), en leur offrant une assistance en matière juridique et de sécurité.

Face à la nouvelle législation très répressive contre les homosexuels, qui risquent la prison à vie, Orange s’est engagé à devenir la première multinationale en Ouganda à protéger ses employés LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres), en leur offrant une assistance en matière juridique et de sécurité. Le groupe appelle d’autres multinationales implantées dans le pays tels que Heineken, Coca-Cola et KLM, à suivre son exemple.

« Orange est convaincu que la diversité est une force au service de la performance sociale et de la performance économique », a déclaré Jean-Bernard Orsoni, porte-parole d’Orange, à All Out, un mouvement mondial pour l’amour et l’égalité qui rassemble près de 2 millions de membres. Selon lui, « Orange ne pose pas de questions à ses salariés sur leur orientation sexuelle puisqu’il s’agit d’une information confidentielle qui n’intervient dans aucune étape du parcours d’un salarié dans l’entreprise, ni lors du recrutement, de la promotion ou pour tout autre décision concernant un salarié. Orange ne collectant pas cette information, il ne lui serait pas possible de la produire vis-à-vis de quiconque ».

Les leaders religieux ougandais appelés à s’exprimer

Cette semaine, à la suite du même appel lancé par les membres d’All Out, Orange a également retiré ses publicités du tabloïd ougandais Red Pepper, qui a récemment publié les noms, photos et adresses d’individus « suspectés » d’homosexualité en Ouganda. Ce qui rappelle l’affaire David Kato, un militant ougandais qui avait été « outé » dans un autre tabloïd ougandais en 2009 et tué deux jours plus tard. Orange estime de son côté faire « exactement ce qu’il faut en refusant de continuer à faire affaire comme si de rien n’était et en prenant des mesures pour protéger ses employés de la Loi anti-homosexualité », a déclaré Andre Banks, directeur et co-fondateur d’All Out.

Selon lui, « que ce soit en Russie, au Nigeria ou en Ouganda, les entreprises mondiales doivent suivre cet exemple de toute urgence », soulignant qu’elles « devraient annoncer qu’elles ont peur d’investir dans un pays où leurs employés peuvent être emprisonnés à cause de leur orientation sexuelle. Les leaders religieux en Ouganda et dans le monde entier doivent s’exprimer maintenant. Les pays ayant des liens diplomatiques avec l’Ouganda devraient agir comme si des vies étaient en jeu. C’est maintenant qu’il faut agir ».

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter