Ouganda : les Etats-Unis offrent 5 millions de dollars pour capturer Joseph Kony

Les Etats-Unis offrent une prime de 5 millions de dollars pour capturer le chef rebelle ougandais, Joseph Kony. Ce dernier est poursuivi par la Cour pénale internationale pour crimes de guerre.

Sa tête vaut 5 millions de dollars. Tel est le prix que le gouvernement américain propose pour capturer Joseph Kony, seigneur de guerre ougandais et ex-chef rebelle de l’Armée de Résistance du Seigneur, Lord’s Resistance Army (LAR) en anglais.

Le chef de guerre ougandais, sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes contre l’humanité, mène depuis quelques années une vie mystérieuse. Centrafrique, Soudan du Sud et République Démocratique du Congo ? Il reste introuvable.

Un seigneur de guerre mystérieux

Le seigneur de guerre reste introuvable et les nombreuses questions autour de lui suscitent toujours la curiosité de ses ennemis, notamment Washington qui a décidé de mettre un terme à sa cavale.

Une décision qui, mercredi, semblait chimérique. Dick Olum, chef des troupes ougandaises chargées de la traque de Joseph Kony, avait en effet décidé de suspendre les opérations contre le chef de guerre, mettant en exergue l’hostilité des rebelles de la Séléka à coopérer pleinement.

« Le président ougandais (Yoweri Museveni) nous a ordonné de rester en position défensive après les attaques des rebelles », a déclaré Dick Olum, mercredi, avant de poursuivre : « Nous suspendons les opérations contre la LRA jusqu’à nouvel ordre ».

Sa tête vaut 5 millions de dollars

Washington veut sa tête. L’administration Obama a en effet annoncé mercredi une prime de 5 millions de dollars pour toute personne qui participerait à la capture de Joseph Kony ainsi que de deux de ses auxiliaires de guerre.

Cette prime fait suite à une ordonnance de John Kerry pendant qu’il était sénateur. Une ordonnance décrétée en loi par le président Obama en janvier dernier. L’ordonnance qui, jusque-là, ne concerne que des criminels de guerre recherchés par les tribunaux pour le Rwanda et l’ex-Yougoslavie.

Les autorités américaines confirment leur engagement à en finir avec le criminel de guerre et une ONG californienne a diffusé l’année dernière une vidéo intitulée « Kony 2012 » appelant à faire pression pour que l’ex-chef rebelle de l’Armée de Résistance du Seigneur (LRA) soit arrêté.

450 000 déplacés

Joseph Kony est poursuivi par la CPI pour viols, mutilations, meurtres et recrutements d’enfants. Son armée, la LRA, s’est installée depuis 2005 dans le nord-est de la RDC, ainsi qu’en Centrafrique et au Soudan. Ses attaques ont fait environ 450 000 déplacés dans la région, selon l’ONU.