Ouganda : des milliers de personnes saluent la loi anti-homosexualtié

Des milliers d’Ougandais ont défilé ce lundi autour du chef d’Etat Yoweri Musevini pour le remercier d’avoir entériner la loi anti-homosexualité.

A l’appel des différents leaders religieux, des milliers d’Ougandais ont défilé lundi autour du président Yoweri Museveni, pour le remercier d’avoir promulgué une récente loi, très critiquée à l’étranger, durcissant la répression de l’homosexualité en Ouganda. « Merci d’avoir sauvé l’avenir de l’Ouganda », pouvait-on lire sur des pancartes tenues par les manifestants, qui ont marché dans les rues de Kampala. Devant les manifestants, Yoweri Museveni a répété que l’homosexualité a des « répercussions sur la santé », ainsi qu’au sexe oral, qu’il avait déjà accusé de « transmettre des vers ». « Du sexe oral ! La bouche est faite pour manger, pas pour cela », a-t-il réaffirmé lundi.

La loi-anti homosexualité, promulguée fin février par le président Museveni, criminalise la « promotion » de l’homosexualité et rend obligatoire la dénonciation des homosexuels. Les relations homosexuelles étaient déjà passibles de la prison à perpétuité en Ouganda, où l’homophobie est largement propagée par les très influentes Eglises évangéliques. Alors que certains manifestants ont entonné des chants contre l’homosexualité, des pancartes interpellaient directement le président des Etats-Unis : « Obama, nous voulons des échanges commerciaux, pas l’homosexualité ».

Les protestataires faisaient référence aux critiques du secrétaire d’Etat américain John Kerry. Ce dernier a en effet comparé cette législation ougandaise à celles promulguées sous l’Allemagne nazie et durant le régime d’apartheid en Afrique du Sud. Malgré la levée de boucliers que la loi-anti-homosexualité a provoqué à l’international, Yoweri Musevini campe sur ses positions, restant volontairement sourd aux critiques.