Ouganda : Bobi Wine va poursuivre sa campagne, malgré la « guérilla »

Bobi Wine

Le chef de l’opposition ougandaise, Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine » a promis de poursuivre sa campagne électorale en vue de la Présidentielle de la semaine prochaine, malgré l’intimidation de la police. Le principal challenger de Yoweri Museveni, dans le scrutin du 14 janvier, Bobi Wine a accusé le Président ougandais d’employer des tactiques de guérilla pour intimider et harceler l’opposition jusqu’à la soumission.

Mardi, Bobi Wine, via son compte Twitter officiel, a déclaré que l’arrestation de ses partisans et militants des droits humains dans le pays n’empêcherait pas sa résolution de changer le leadership en Ouganda. « La torture des prisonniers est courante en Ouganda. Pour les prisonniers politiques, il existe une petite clique d’officiers qui imposent la punition avec précision. Le 14 janvier, les Ougandais voteront pour mettre fin à ces violations flagrantes », a-t-il déclaré.

Bobi Wine a pris la parole au milieu de la tension croissante en Ouganda, à l’approche des élections, alors que les manifestants et la communauté internationale continuaient à faire pression sur le gouvernement pour qu’il mette fin aux arrestations. La semaine dernière, 11 experts des droits humains de haut niveau aux Nations Unies ont publié une déclaration commune exprimant leur inquiétude face à la violence pré-électorale et à « la répression croissante des manifestants pacifiques, des dirigeants politiques et de la société civile et des défenseurs des droits humains ».

« La poursuite de Nicholas Opiyo et d’autres avocats, ainsi que le harcèlement judiciaire de ceux qui expriment leur désaccord, semblent être strictement liés au contexte électoral, et des accusations fictives sont utilisées pour les justifier », indique le communiqué. Opiyo, militant des droits de l’Homme de renommée internationale et critique envers le gouvernement, a été arrêté pour blanchiment d’argent, suscitant la condamnation à l’international et des appels à sa libération immédiate.

Son arrestation avait été considérée par beaucoup comme politiquement motivée, conduisant à des protestations de la part de la population majoritairement jeune qui soutient le candidat Bobi Wine. Cependant, les tribunaux ont demandé sa libération, après que la juge Jane Okuo Kajuga a rejeté les accusations des procureurs de l’État. « Nous sommes heureux que notre client ait été libéré sous caution », a déclaré l’avocat d’Opiyo, David Mpanga, aux journalistes à l’extérieur du tribunal.

Le Président Yoweri Museveni, qui dirige l’Ouganda depuis 35 ans, cherche à obtenir un sixième mandat. Mais, pourrait être renversé par la vague rouge du jeune candidat, Robert Kyagulanyi alias « Bobi Wine », dont la popularité est aujourd’hui incontestable dans le pays.