Ouganda : Bobi Wine arrêté à nouveau alors qu’il manifestait


Lecture 2 min.
Bobi Wine
Bobi Wine

La figure de l’opposition ougandaise, Robert Kyagulanyi Ssentamu, connu sous son nom de Bobi Wine, a de nouveau été arrêtée. Il a été interpellé lundi alors qu’il menait une manifestation contre l’arrestation de plusieurs de ses partisans, après l’élection présidentielle de janvier dernier, qui a vu la victoire du Président sortant Yoweri Museveni.

L’ancien chanteur et leader de l’opposition en Ouganda, Bobi Wine, a été arrêté, lundi 15 mars 2021, alors qu’il manifestait à Kampala contre le chef de l’Etat Yoweri Museveni, selon un message posté sur son compte Twitter. Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, était le principal rival du Président Museveni, lors de l’élection présidentielle du 14 janvier.

La semaine dernière, Bobi Wine avait appelé la population à « se soulever pacifiquement » et à manifester contre Yoweri Museveni, qui dirige ce pays d’Afrique de l’Est depuis 1986. « Sa maison est désormais encerclée par la police et l’armée », a déclaré le compte Twitter de Bobi Wine. « La situation est grave à Kampala. Il est criminel pour le général Museveni de continuer à traiter des Ougandais pacifiques comme des criminels. Les Ougandais se réservent le droit de manifester pacifiquement et sans armes. Museveni doit cesser d’intimider le peuple ! », a-t-il ajouté.

Des centaines de ses partisans ont été arrêtés avant, pendant et après le scrutin présidentiel de janvier dernier, qui a vu le leader de longue date Yoweri Museveni déclaré vainqueur avec 58% des voix, tandis que Wine a recueilli 35%. Bobi Wine a allégué que les résultats étaient frauduleux et a affirmé qu’il y avait un bourrage généralisé des urnes, sans compter que les électeurs étaient chassés des bureaux de vote.

Les autorités ougandaises accusent Bobi Wine de tenter de mener des manifestations violentes qui pourraient provoquer l’effondrement du gouvernement de Yoweri Museveni. Pour sa part, Wine soutient qu’il dirige un mouvement non-violent.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter