Ouattara, président étranger

« C’est justement parce que sa nationalité (Ouattara, ndlr) est douteuse qu’on lui demande d’aller s’expliquer devant les Ivoiriens. Il a été invité au même titre que les chefs d’Etats étrangers qui assisteront au forum ». La sortie parisienne du Premier ministre ivoirien, Affi N’Guessan est des plus malheureuses. Alors que la Côte d’Ivoire essaie de panser ses blessures grâce au Forum de réconciliation nationale, Affi N’Guessan réveille les vieux démons de l’ivoirité. Après avoir remis en cause le massacre de Yopougon, en le qualifiant de montage, il revient à la charge avec la nationalité douteuse d’Alassane Ouattara.

Que cherche Affi N’Guessan ? En tournée parisienne, le Premier ministre a allumé tous les feux de la discorde. S’il voulait une guerre civile en Côte d’Ivoire, il ne s’y prendrait pas autrement. A moins que cela ne fasse partie d’un plan machiavélique des autorités d’Abidjan. A Laurent Gbagbo d’appeler à la réconciliation, et même d’inviter le parti d’Alassane Ouattara à participer au gouvernement, et à Affi N’Guessan de souffler sur les braises de la haine. Le pompier et le pyromane.

A Abidjan, les observateurs politiques s’étonnent du silence de la classe politique sur les déclarations du Premier ministre. Seul le RDR s’indigne encore des déclarations d’Affi N’Guessan. Est-ce par résignation ou par TSO, Tout Sauf Ouattara ? Pourtant, ce dernier est invité officiellement à participer au Forum de réconciliation. Il entend y aller en tant qu’Ivoirien postulant à un mandat électoral et non en qualité de chef d’Etat étranger. Jusqu’à preuve du contraire, il était Premier ministre de la Côte d’Ivoire.