Où sont passés les pétrodollars du Nigeria ?

De nombreuses voix s’élèvent au Nigeria, premier producteur d’or du continent, pour réclamer les milliards de dollars manquants à la manne pétrolière.

La recherche des pétrodollars du Nigeria est lancée. Plusieurs voix en effet se son élevées dans le pays, premier producteur de pétrole en Afrique, pour réclamer des comptes sur les milliards de dollars manquant à la manne pétrolière, qui aurait pu permettre au pays de se développer. Le débat a été mis sur la table en septembre dernier par le gouverneur de la Banque centrale nigériane, Sanusi Lamido Sanusi, accusant publiquement la compagnie pétrolière nationale (NNPC) de devoir près de 50 milliards de dollars de revenus pétroliers à l’Etat.

Lamido Sanusi, qui doit quitter son poste dans les prochains mois, a toutefois, par la suite, revu ce chiffre à la baisse, annonçant qu’il ne manquait « que 12 milliards de dollars ». Pourquoi ce volte-face soudain ? Selon les rumeurs qui circulent, des pressions politiques seraient à l’origine de son changement de ton. Lamido Sanusi, qui n’a pas dit son dernier mot, est revenu à la charge cette semaine, annonçant que le NNPC devait à la Banque Centrale 20 milliards de dollars sur les 67 milliards de revenus du pétrole gagnés entre janvier 2012 et juillet 2013. « C’est maintenant au NNPC de produire la preuve que les 20 milliards non remis n’appartiennent pas à l’Etat fédéral ou ont été dépensés de façon légale et constitutionnelle », a-t-il déclaré devant un comité parlementaire.

Pour l’heure la population est loin d’avoir profité de ces pétrodollars, qui auraient contribué à améliorer leurs conditions de vie. Or, de nombreuses personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté, au Nigeria.