Oscars 2014 : la short-list afro

Lupita Nyong’o, Steve McQueen, Chiwetel Ejiofor ou encore Barkhad Abdi sont quelques-uns des prétendants aux Oscars qui seront remis ce dimanche à Los Angeles. Leur particularité : ils sont Noirs. Leur présence aux Oscars en est malheureusement plus remarquable parce que rare.

Il y a quelques mois, l’acteur britannique Chiwetel Ejiofor et la comédienne kényane Lupita Nyong’o étaient les invités de l’émission « The View » sur la chaîne américaine ABC. L’émission est alors co-présentée par l’actrice oscarisée Whoopy Goldberg. Elle demande aux comédiens non américains ce qu’ils savaient de l’esclavage au regard de leur performance dans « 12 Years a Slave », le film du Britannique Steve McQueen. Un compliment explicite rendu par une descendante d’esclave (et une comédienne admirée par Lupita Nyong’o) qui souligne la connaissance intime de sa communauté du calvaire innommable de Solomon Northup, cet Afro-américain né libre et qui sera réduit en esclavage pendant 12 ans.

Lors de la 86e cérémonie qui se tient ce 2 mars à Los Angeles, le film, son réalisateur et trois de ses acteurs pourraient décrocher un Oscar. Cette histoire, portée à l’écran par un casting exceptionnel dans une mise en scène qui l’est tout autant, fera date dans l’histoire du cinéma. Le livre, dont il est adapté, et le long métrage le sont déjà : ils seront enseignés dans les écoles publiques américaines dès la rentrée prochaine. Avec ou sans Oscar, la consécration est déjà là pour « 12 Years a Slave ».

En attendant, Chiwetel Ejiofor est nommé dans la catégorie meilleur acteur. S’il remportait la statuette, il succèderait à l’Américano-bahaméen Sidney Poitier en 1964 pour « Lillies of the Field » et aux Afro-américains Denzel Washington en 2001 pour « Training Day », Jamie Foxx en 2004 pour « Ray » et Forest Whitaker en 2006 pour « The Last King of Scotland »[[ Article du Sunday Independant publié le 2 mars et intitulé
« Africa’s historic night at the Oscars » ]]. Ce serait cependant la première fois que l’Afrique se rapprocherait autant de la récompense. Les parents de Chiwetel Ejiofor sont nigérians et ils se sont installés en Grande-Bretagne où leur fils a vu le jour.

Pour sa part, Lupita Nyong’o est en lice dans la section meilleure actrice dans un second rôle. Elle est née à Mexico de parents kényans. La jeune femme, qui a grandi au Kenya, s’inscrit dans les pas de la Sud-Africaine Charlize Theron. Cette dernière est la première Africaine à avoir remporté un Oscar, celui de la meilleure actrice pour « Monster » en 2004. En tant que comédienne noire nommée dans un second rôle, Lupita Nyong’o pourrait par ailleurs devenir l’héritière de Hattie McDaniel (« Gone with the Wind », 1939), Whoopi Goldberg (« Ghost », 1990 ), Jennnifer Hudson (« Dreamgirls », 2006); Mo’Nique (« Precious », 2009) et Octavia Spencer (« The Help », 2011). La comédienne kenyane pourrait aussi devenir la première Africaine à recevoir cet Oscar.

Aux côtés de Chiwetel Ejiofor et de Lupita Nyongo’o, Michael Fassbender est le troisième membre du casting de « 12 Years a Slave » qui concourt aux Oscars. L’acteur fétiche de Steve McQueen est en lice pour celui du meilleur second rôle. Quant au réalisateur britannique, il deviendra le troisième cinéaste noir de l’histoire à prétendre au titre de meilleur réalisateur côté fiction. Il succède à John Singleton, nommé pour son premier film « Boyz N the wood » en 1991. Le cinéaste de 24 ans établira un autre record en étant le plus jeune réalisateur à figurer dans cette catégorie. On lui doit d’autres films comme « Poetic Justice » (1993) ou encore « Shaft » (2000) et « 2 Fast 2 Furious » (2003). John Singleton a notamment réalisé le clip de la chanson « Remember the time » (1992) de Michael Jackson. Il faut attendre 2009 pour voir un autre Noir prétendre à la statuette pour la mise en scène. Ce sera Lee Daniels pour « Precious » en 2009 avec Gabourey Sidibe, née d’un père Sénégalais et d’une mère Américaine. Elle décrochera une nomination dans la catégorie meilleure actrice pour son rôle. Steve McQueen défiera-t-il les pronostics qui sont plus favorables au réalisateur de « Gravity », Alfonso Cuarón, pour rejoindre le documentariste noir TJ Martin, le seul à avoir eu Oscar dans la catégorie meilleur documentaire pour « Undefeated » en 2012 ?

« 12 Years a Slave », un film pour l’histoire

« 12 Years a Slave » est également en compétition dans la section meilleur film (distinction remportée entre autres aux Golden Globe et récemment au BAFTA). Un Oscar dans cette catégorie serait historique dans la mesure où ce serait le premier film réalisé par un Noir à l’emporter. Le film de Steve McQueen est de nouveau en compétition pour le costume, le montage et l’adaptation. Le film de Steve McQueen est l’adaptation du livre écrit par Solomon Northup en 1853 pour relater ces douze ans d’esclavage dans l’Amérique d’avant guerre de Sécession. « 12 Years a Slave » totalise neuf nominations aux Oscars cette année.

Pendant cette grand-messe du cinéma, les regards convergeront aussi vers Barkhad Abdi qui s’est installé aux Etats-Unis avec sa famille pour fuir la guerre dans son pays. Né à Mogadiscio, la capitale de la Somalie, l’ancien chauffeur de limousine a été choisi parmi 700 candidats à Minneapolis (Minnesota), où l’on retrouve la plus forte communauté somalienne en Amérique du Nord. Il incarne Muse, chef pirate du film de Paul Greengrass, « Captain Philipps », pour ses premiers pas d’acteur. Le long métrage est aussi en lice pour le meilleur film, le montage, le montage et le mixage son et la meilleure adaptation. Le film de Paul Greengrass est inspiré du récit fait par Richard Phillips dans son livre « A Captain’s Duty: Somali Pirates, Navy SEALs, and Dangerous Days at Sea ». Le capitaine du porte-conteneurs américain MV Maersk Alabama y raconte son détournement en 2009 par des pirates somaliens.

Ultime nomination, celle de la meilleure chanson originale pour « Ordinary love », interprétée par le groupe U2, dans le biopic sur Nelson Mandela, « Mandela : Long walk to freedom » réalisé par Justin Chadwick, avec Idris Elba. L’unique citation pour un film qui n’a pas outre mesure retenu l’attention de l’Académie américaine.