« Origines contrôlées » réhabilite en musique le rôle des immigrés en France

Origines contrôlées, c’est un festival, une revue, un album sorti en octobre dernier et un groupe, composé de Mouss, Hakim et leurs amis, en tournée dans toute la France en 2008 et au festival de Daklha, au Maroc, le 1er mars. Le projet vise à parler de l’immigration autrement qu’en terme de danger qu’il faut juguler.

Les Origines contrôlées, ce sont celles de Mouss et Hakim Amokrane. Les deux frères du groupe Zebda (« beurre », en argot algérien), tout droit venus des quartiers populaires de Toulouse, assument tellement leur double identité, françaises et algérienne, de la vallée d’Amizour, près de Bejaïa, qu’ils ont hésité à appeler leur projet « Norme française ». Depuis 2004, les deux intenables artistes ont lancé le Tactikollectif, qui organise chaque année « Origines contrôlées ». Un festival engagé qui veut « contribuer à faire progresser la reconnaissance du rôle de l’immigration dans la construction du pays » et rompre avec les stéréotypes liés à ce phénomène, dans un contexte de discriminations croissantes.

Les deux frères avaient déjà réalisé un album de reprises de titres français et algériens, 100% Collègues, dans un style festif de cafés-concerts. Cette fois, avec Origines contrôlées, ils n’ont tapé que dans le répertoire algérien, en choisissant des titres liés à l’histoire de l’immigration et à l’évocation de l’exil. Et ils n’ont pris que du lourd ! Toujours avec la même énergie – qui l’emporte parfois sur la justesse du chant, mais c’est la règle – ils reprennent Bahdja Bidha mat’houl (Alger la blanche qui ne se fane jamais), de l’immense Dahmane el Harrachi, une chanson dans laquelle le chanteur de Chaâbi, qui vivait en France lorsqu’il l’a écrite, égrène le nom des lieux d’Alger, sa ville, qu’il se remémore avec nostalgie.

Idir, Matoub Lounes, Aït Menguellet ou Djamel Allam sont aussi présents. Mohamed Mazouni, auquel Rachid Taha rends hommage dans son dernier album en lui empruntant le titre « Ecoute moi camarade », fait aussi l’unanimité auprès des deux frères. Ce chanteur a fait le bonheur de ses cousins algériens lorsqu’ils l’écoutaient et le regardaient dans les scopitones, ces juke-box associant son et images couleurs et installés dans les cafés, en France, dans les années 1960-70.

Adieu La France, Bonjour l’Algérie,

Quand je t’ai quittée, combien j’ai pleuré,

Finie souffrance, finie l’indifférence

Bientôt je serai avec toi ma chérie
(extrait Adieu la France, de Mohamed Mazouni)

Des morceaux d’anthologie

Mouss et Hakim Amokrane exhument de véritables bijoux de famille, avec La carte de résidence, de Slimane Azem, un poète et chanteur arrivé en 1937 en France, où il est aujourd’hui enterré, sans avoir jamais pu retourner dans son pays en raison de différents avec les autorités algériennes. Interprétée sur un rythme moins enlevé, « Maison Blanche », de Cheikh el Hasnaoui, arracherait des larmes au premier fonctionnaire qui a piégé un sans-papiers au guichet d’une préfecture. La chanson évoque l’exil massif des Algériens, au lendemain de la seconde guerre mondiale, et les au revoirs douloureux à la Maison blanche, l’aéroport d’Alger.

D’après ce qu’on nous annonce, ça va dans un bon sens,

Faut pas prévoir à l’avance, avant d’avoir la réponse,

Avant d’avoir la réponse, au sujet d’la résidence
(extrait Carte de résidence, Slimane Azem)

Récapitulons : Origines contrôlées, c’est un festival, une revue, un album et un groupe. Impossible de les rater en France, Mouss et Hakim écument toutes les salles possibles et imaginables. Ils seront même à Dakhla, le 1er mars, dans le Sahara, au Maroc, dans le cadre d’un festival qu’Afrik vous fera vivre. Origines contrôlées, c’est aussi une excellente base pour découvrir les monstres de la chanson populaire algérienne, avant d’aller voir les originaux. Pour en avoir le cœur net, les titres de l’album sont disponibles à l’écoute sur la page MySpace de Hakim et Mouss, tout comme leur Apéros origines contrôlées (AOC).

Voir :

 le site des Origines contrôlées

 Origines contrôlées sur MySpace

 Regarder un scopitone de Idir sur Wat.tv


IDIR & Baroudi(AZWAW & Zwits rwits)clip 76
Envoyé par Baroudi60 dans Musique sur wat.tv