Opposée à la politique migratoire de l’UE : MSF boude les fonds européens

Médecins sans frontières a décidé de ne plus accepter des fonds de l’Union Européenne ou ses états membres, compte tenu de la « politique migratoire honteuse ».

Médecins sans frontières annonce ce vendredi à Bruxelles, ne plus vouloir accepter de fonds venus de l’Union européenne ou de ses états membres, pour protester contre la politique migratoire européenne.

Face à la recrudescence du nombre de migrants morts en mer, Médecins sans frontières hausse le ton et prend une décision sans appel. « Nous ne pouvons accepter des fonds de l’UE ou ses états membres tout en nous occupant des victimes de leur politique. C’est aussi simple que ça », a lancé le Secrétaire général international de Médecins sans frontières (MSF), Jérôme Oberreit, ce vendredi 17 juin 2016, lors d’une conférence de presse à Bruxelles. Il a en outre précisé que « cette décision prend effet immédiatement et sera appliquée à tous les projets de MSF à travers le monde ».

L’ONG estime qu’il est « honteux que la principale réponse en Europe (soit) été d’empêcher les gens de venir », et préfère donc « refuser l’instrumentalisation de l’aide humanitaire et donc l’argent de gouvernements qui abusent de cette aide ».MSF fustige notamment l’accord conclu, au mois de mars, entre l’UE et Ankara, qui prévoit le renvoi de tous les nouveaux migrants arrivant sur les côtes grecques depuis la Turquie vers cette dernière, y compris les demandeurs d’asile. Combiné avec la fermeture de la route migratoire des Balkans, ce pacte controversé a eu pour effet de provoquer une baisse considérable des arrivées sur les côtes grecques depuis fin mars.

Médecins sans frontières aurait perçu 19 millions d’euros de la part des institutions européennes en 2015, et 37 millions des Etats membres, soit un total de 56 millions d’euros. Et sur ces fonds que crachent MSF pour dénoncer la politique migratoire, qui a aussi suscité de nombreuses critiques de la part des défenseurs des droits de l’Homme et du droit d’asile.