Ons Jabeur illumine Wimbledon aux couleurs de l’Afrique et du Maghreb

La tenniswoman Ons Jabeur
La tenniswoman tunisienne Ons Jabeur

La Tunisienne Ons Jabeur a battu en demi-finale l’Allemande Tatjana Maria, ce jeudi (6-2, 3-6, 6-1). Elle devient ainsi la première Africaine à jouer le titre d’un tournoi du Grand Chelem. Ons Jabeur affrontera en finale la Kazakhe Elena Rybakina, samedi, au tournoi de Wimbledon qu’elle illumine déjà aux couleurs de l’Afrique et du monde arabe.

«C’est un rêve qui se réalise après des années de travail acharné et de sacrifices. Je suis heureuse que tout ça paye enfin et que je puisse jouer encore un match», a-t-elle déclaré après sa victoire contre l’Allemande Tatjana Maria, jeudi 7 juillet 2022, à Wimbledon. «Je suis une fière femme tunisienne aujourd’hui. Je sais qu’en Tunisie, ça doit être la folie en ce moment. J’essaie juste d’être autant que possible une source d’inspiration, je veux voir plus de joueurs arabes et africains sur le circuit», a-t-elle ajouté.

Un passage remarqué à l’Open d’Australie

Le Tunisienne Ons Jabeur a réalisé un véritable exploit dans sa carrière de tenniswoman. Tenez, en seulement deux années, elle a quitté son rang de 78ème mondiale pour s’offrir la belle place de Numéro 2 dans le Tennis mondial. C’est après sa victoire en finale à Berlin, mi-juin, qu’elle est devenue dans la foulée Numéro 2 mondiale. Née le 28 août 1994 à Ksar Hellal, Ons Jabeur a très tôt été animée par une rage de vaincre qui la suit d’ailleurs jusqu’à présent. Elle a laissé ses empreintes à Hammam Sousse, où elle a précocement commencé à jouer le tennis.

Si elle pratique le tennis depuis l’âge de 3 ans, avec au passage un beau sacre dans le tournoi juniors de Roland-Garros en 2011, alors qu’elle n’avait que 17 ans, Ons Jabeur a attiré l’attention sur sa personne, en janvier 2020, à l’Open d’Australie. Alors 78ème mondiale, elle devenait la première joueuse d’un pays arabe et africain à se qualifier pour les quarts de finale d’un tournoi du Grand Chelem. Même si elle s’inclinait par la suite face à l’Américaine Sofia Kenin, qui a d’ailleurs remporté le tournoi.

«Ma façon de jouer reflète ma personnalité»

Un an plus tard, Ons Jabeur remporte le tournoi WTA 250 de Birmingham. Elle parvient ensuite en 8ème de finale à Wimbledon, la même année. La Tunisienne avait pris du galon certes, mais aussi de l’assurance et commençait à s’imposer au point de faire peur à ses adversaires. Elle reconnait avoir gagné en expérience et confiance depuis l’Open d’Australie. «Les autres joueuses ont commencé à avoir peur de jouer contre moi», confie-t-elle à l’AFP. Selon elle, «ma façon de jouer reflète ma personnalité».

Celle qui a su imposer un jeu puissant à Wimbledon, n’est qu’à un match pour voir son rêve complet. Demain samedi 9 juillet, elle affronte Elena Rybakina, 23ème mondiale qui, en seulement deux participations, a réussi à accéder en finale et avec la manière. Elle a en effet battu la lauréate 2019 Simona Halep (18ème mondiale) en deux sets : 6-3, 6-3. Ons Jabeur est une «grande joueuse, très difficile à jouer et il ne sera pas facile de contrer ses amorties et ses volées», reconnaît Elena Rybakina.

Lire : Tennis : Ons Jabeur dans le top 5 en 2021