Odetta, la reine du Folk, s’est éteinte

La chanteuse afro-américaine est décédée, mardi, à l’âge de 77 ans. Surnommée « la voix du Mouvement pour les droits civiques », elle s’était battue contre la ségrégation aux Etats-Unis. Elle aura inspiré de nombreux artistes dont Bob Dylan, Joan Baez et plus récemment Tracy Chapman.

La voix légendaire du Folk s’est éteinte. La chanteuse afro-américaine, Odetta Holmes, est morte mardi d’une crise cardiaque à l’âge de 77 ans, à l’hôpital Lenox Hill, aux Etats-Unis. « Son espoir de chanter pour l’investiture du président américain, Barack Obama, avait réussi, pendant des semaines, à la tenir en vie », explique au Washington Post ,Douglas Yeager, son manager. L’élection du candidat démocrate Barack Obama représentait une victoire pour celle qui, armée de sa seule guitare, chantait dans les années 1950 contre la ségrégation aux Etats-Unis. L’artiste aura chanté le blues, le gospel, le negro spirituals, les chants d’esclaves, ceux des porteurs d’eau, ceux des champs de coton. Surnommée « la Voix du Mouvement pour les Droits civiques », cette guitariste et compositrice de talent était une militante activiste des droits de l’Homme. Bob Dylan, Joan Baez, Janis Joplin et bien d’autres chanteurs folk se sont inspirés de la petite fille d’Alabama pour, à leur tour, chanter la vérité.